Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancienne station-service de Mies-Van der Rohe

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • La Station-Service-de-Mies-Van Der Rohe
  • Station-service

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1967 – 1968 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité

Usage :

  • Services et institutions (Garages et stations-service)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Voir la liste

Images

Carte

Description

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est un bâtiment commercial érigé en 1967 et 1968. Il se compose de trois édicules (l'atelier mécanique, le poste de paiement et l'édicule d'accueil) abrités sous une grande marquise rectangulaire soutenue par une structure d'acier peinte en noir. Le poste de paiement, localisé au centre de la construction, est une petite boîte vitrée à structure d'acier disposée sur une grande plateforme. L'atelier mécanique, implanté à l'une des extrémités du bâtiment, est constitué de deux boîtes en brique reliées par des portes de garage vitrées sur la façade latérale et d'un mur-rideau en verre du côté du poste de paiement. L'édicule d'accueil, situé à l'autre extrémité, est vitré sur les quatre faces. Le bâtiment est implanté légèrement en contrebas de la voie publique. Il est ceinturé d'une aire asphaltée bordée par une haie ainsi que des plates-bandes gazonnées et plantées d'arbres matures. La station-service est située à l'intersection de deux voies de circulation importantes de l'île des Soeurs, dans l'arrondissement municipal de Verdun de la ville de Montréal.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment ainsi qu'au terrain.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Montréal) 2009-06-15
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec son concepteur, Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969). D'origine allemande, cet architecte de renommée internationale a une influence considérable sur l'architecture du XXe siècle. Il entreprend sa pratique en Allemagne et émigre en 1938 aux États-Unis où il fonde une agence à Chicago. Au cours de sa fructueuse carrière, il conçoit et perfectionne deux typologies : l'immeuble en hauteur et le pavillon. Les matériaux qu'il privilégie sont l'acier, le béton et le verre. L'ossature du bâtiment est un élément incontournable de la composition architecturale de ses réalisations. Parmi celles-ci, les plus connues sont, entre autres, le pavillon de l'Allemagne à l'Exposition universelle de Barcelone (1929) et le Seagram Building, à New York (1954-1958). À l'île des Soeurs, Mies van der Rohe conçoit trois tours d'habitation ainsi que la station-service. L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est unique dans l'oeuvre de l'architecte, puisqu'il s'agirait du seul de ses projets liés à l'automobile qui ait été réalisé.

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de l'une des typologies caractéristiques de la production de Mies van der Rohe, soit le pavillon. L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe s'y rattache notamment par sa sobriété, la simplicité des formes de ses différentes composantes, l'emploi du verre et d'une structure d'acier, la continuité visuelle entre l'extérieur et l'intérieur des édicules et la grande qualité de sa conception et de ses détails architecturaux. L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe se démarque ainsi des autres stations érigées à Montréal et ailleurs au pays, généralement construites selon un modèle standardisé et caractérisées par un affichage, un éclairage et des matériaux qui traduisent une volonté claire de visibilité. Bien qu'elle ait été conçue comme un prototype, l'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe de l'île des Soeurs demeure unique. Par ailleurs, l'implantation du bâtiment en contrebas ainsi que l'aménagement paysager favorisent l'intégration de la station dans son environnement. Ces éléments la distinguent de la plupart des stations-services érigées jusqu'à aujourd'hui.

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe présente également un intérêt pour sa valeur historique comme témoin des débuts du développement résidentiel de l'île des Soeurs. Ce développement est rendu possible dans les années 1960 grâce à l'expansion du réseau routier montréalais qui assure une meilleure accessibilité à ce territoire présentant jusqu'alors un caractère agricole. À cette époque, Montréal s'affirme davantage comme métropole moderne. Des architectes de renommée internationale y réalisent des projets, dont Ludwig Mies Van der Rohe qui participe à l'élaboration d'un plan directeur de l'île des Soeurs. Des exigences élevées en matière de qualité architecturale et d'aménagement sont mises en avant par le promoteur du projet, Structures Métropolitaines du Canada Limitée. Le plan prévoit le développement d'une banlieue verte où l'automobile occupe une place prépondérante. La compagnie Imperial Oil Limited obtient l'exclusivité de l'approvisionnement en carburant de l'île. En contrepartie, elle doit ériger six stations-services d'une grande qualité architecturale. Un prototype de station, conçu par Mies van der Rohe, est construit en 1967 et 1968 lorsque les premiers ensembles résidentiels sont mis en chantier. Le projet immobilier est toutefois interrompu en 1978. L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est la seule érigée dans le cadre de ce développement urbain planifié et elle témoigne de l'importance accordée à l'automobile dans celui-ci.

Source : Ville de Montréal, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire des édicules disposés sur des plateformes, l'élévation d'un étage ainsi que le toit plat formé par la marquise rectangulaire soutenue par une structure composée de poutres et de piliers;
- les matériaux, dont la structure d'acier peinte en noir, l'acier peint en blanc de la marquise, les murs en maçonnerie de brique chamois, ceux composés d'une ossature métallique couverte de parois vitrées, le verre des ouvertures, le béton des plateformes ainsi que les éléments architecturaux en aluminium;
- les ouvertures, dont les portes vitrées (certaines étant des portes de garage constituées d'une ossature métallique et de parois vitrées rectangulaires) ainsi que les fenêtres rectangulaires;
- les tubes fluorescents disposés sous la marquise;
- son implantation sur un terrain formant une cuvette;
- l'aménagement extérieur, dont l'aire asphaltée, la haie d'arbustes ainsi que les plates-bandes gazonnées et plantées d'arbres matures;
- sa localisation à l'intersection de voies de circulation importantes, au coeur d'un quartier résidentiel;
- la situation au centre d'une île du fleuve Saint-Laurent, à proximité du centre-ville de Montréal.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est située sur l'île des Soeurs, un territoire d'abord nommé île Saint-Paul et concédé en 1636. Les soeurs de la congrégation de Notre-Dame acquièrent le tiers de l'île en 1706. Elles achètent la portion restante en 1769 et deviennent ainsi le seul propriétaire d'un territoire consacré à l'agriculture et à l'élevage. Les activités agricoles se poursuivent jusqu'à la vente de l'île à la Quebec Home and Mortgage Corporation Limited, en 1956.

Au cours des années 1960, le réseau routier montréalais se développe de manière considérable. L'ouverture du pont Champlain en 1962 et la construction d'autoroutes favorisent l'expansion des banlieues autour de Montréal et permettent ainsi l'urbanisation de l'île des Soeurs, devenue facilement accessible en automobile. En 1965, le développement de ce territoire est confié à l'entreprise Structures Métropolitaines du Canada Limitée par la signature d'un bail emphytéotique entre le propriétaire et celle-ci. Il s'agit d'une filière de la compagnie américaine Metropolitan Structures de Chicago, l'un des principaux clients de l'agence de l'architecte Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969).

Une équipe pluridisciplinaire est constituée pour l'élaboration d'un plan directeur de l'île des Soeurs. Elle est dirigée par la firme Johnson, Johnson and Roy, connue pour l'aménagement de plusieurs campus américains. Des critères élevés en matière d'architecture et d'aménagement guident la conception. Le plan prévoit l'aménagement d'une banlieue verte où l'automobile occupe une place prépondérante. Mies van der Rohe collabore à l'élaboration du plan directeur et conçoit trois tours d'habitation sur l'île. Cette participation de l'architecte s'inscrit dans un contexte d'ouverture de Montréal sur le monde et d'affirmation de son statut de métropole moderne. Des architectes de renommée internationale réalisent alors plusieurs projets dans la ville.

La compagnie Imperial Oil Limited signe une entente d'exclusivité pour l'approvisionnement de l'île des Soeurs en carburant. En contrepartie, l'entreprise pétrolière s'engage à ériger sur le territoire six stations-services d'une grande qualité architecturale, comme exigé par Structures Métropolitaines. Un prototype de station-service est construit en 1967 et 1968 lorsque les premiers ensembles résidentiels sont mis en chantier. Il est conçu par Mies van der Rohe ainsi que deux chargés de projet de son agence, Joseph Fugikawa et Gerry Johnson. Ils sont assistés de Paul H. Lapointe, un architecte montréalais ayant déjà collaboré à des projets de l'Imperial Oil. Ils sont conseillés par des ingénieurs en structure de la firme Brouillet, Carmel, Boulva et associés ainsi que par la firme Larocque, Samson et Guénette pour la mécanique et l'électricité. Un architecte de l'Imperial Oil, Herb Sherwood, surveille le chantier. La construction est réalisée par l'entrepreneur Nicol Paradis.

En 1975, les pompes à essence sont remplacées par des modèles standards de la compagnie pétrolière. Trois années plus tard, le lotissement résidentiel prévu par Structures Métropolitaines est interrompu et la station-service construite par l'agence de Mies van der Rohe demeure la seule sur le territoire. D'autres ensembles immobiliers sont érigés par la suite, mais leur réalisation ne s'inscrit pas dans le cadre du plan directeur de l'île des Soeurs.

Quelques modifications sont apportées au bâtiment dans les années 1990. Un bureau est aménagé à l'intérieur de l'édicule d'accueil. En 1996, une autre partie de ce dernier est transformé en lave-auto à la main et implique l'ajout de portes de garage vitrées. L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est fermée à la fin de l'année 2008.

L'ancienne station-service de Mies-Van der Rohe est citée en 2009. Des travaux visant l'enlèvement des pompes à essence, la décontamination du site et la restauration de certains éléments architecturaux sont entrepris la même année.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Verdun

Adresse :

  • 201, rue Berlioz

Lieux-dits :

  • Île des Soeurs

Latitude :

  • 45° 27' 36.0"

Longitude :

  • -73° 32' 40.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 860 017

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Conseil du patrimoine de Montréal. Station-service Esso de l'Île des Soeurs. Montréal, 2005. 15 p.
  • DEMERS, Patrick et Joseph HILLEL. Ordinaire ou super: regards sur Mies van der Rohe / Regular or super: views on Mies van der Rohe. Film de 57 minutes. Montréal, Quatre par quatre films inc., 2004. s.p.
  • DOUCET, Danielle, Conrad GALLANT, Sophie MANKOWSKI et France VANLAETHEM. Sur les traces du Montréal moderne et du domaine de l'Estérel. Bruxelles, CIVA en collaboration avec Docomomo-Québec, 2007. 217 p.
  • VANLAETHEM, France. « La station-service de Mies van der Rohe sur l'île des Soeurs à Montréal ». Bulletin de Docomomo-Québec. No 4 (2004), s.p.
  • Ville de Montréal. Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine. Bureau du patrimoine et toponymie. Analyse de la valeur patrimoniale de la station-service située au 201 rue Berlioz (L'Île-des-Soeurs, arrondissement de Verdun). Montréal, 2009. 29 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013