Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Évêché d'Amos

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Amos

Date :

  • 1945 –  (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Évêchés)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

L'évêché d'Amos est une résidence épiscopale construite en 1945. L'édifice en pierre, de plan rectangulaire à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à croupes tronqué et percé de lucarnes. Une annexe en pierre d'un étage, surmontée d'une terrasse, est greffée à l'arrière du bâtiment. L'évêché d'Amos est implanté en retrait de la voie publique sur un terrain dénivelé, aménagé et planté d'arbres, à proximité de la rivière Harricana, au coeur de l'un des ensembles institutionnels de la ville d'Amos.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Amos) 2009-02-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'évêché d'Amos présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'édifice témoigne de la création du diocèse dans la première moitié du XXe siècle. La période comprise entre les deux guerres mondiales est marquée par une importante augmentation de la population de l'Abitibi. L'Église doit procéder au morcellement du diocèse d'Haileybury, qui couvre les régions du nord du Québec et de l'Ontario, pour faciliter la gestion des différentes paroisses nouvellement créées. La ville d'Amos, chef-lieu du district judiciaire de l'Abitibi depuis 1922, est choisie comme siège épiscopal du nouveau diocèse québécois, le 8 décembre 1938. Joseph-Aldée Desmarais (1891-1979) est sacré évêque l'année suivante. Celui-ci s'installe provisoirement dans une chapelle-école construite en 1913. L'érection du diocèse d'Amos favorise l'essor de la ville et l'implantation de nombreuses institutions scolaires, dont un séminaire et une école normale pour filles. En 1945, la résidence épiscopale est construite au nord de la ville, près de la rivière Harricana, pour répondre aux besoins grandissants du diocèse. L'évêché d'Amos évoque donc l'importance de la création du diocèse dans l'histoire de la ville et le rôle institutionnel central que tient Amos dans la région.

L'évêché d'Amos présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice constitue un exemple représentatif de l'architecture régionaliste. Ce courant se développe au Québec entre 1925 et 1945. En réaction à l'industrialisation effrénée et au mouvement Beaux-Arts qui préconise un style universel, le régionalisme s'inspire plutôt de l'architecture traditionnelle et met en valeur les identités locales. Les édifices de la Nouvelle-France ou considérés comme typiquement canadiens-français servent ainsi de modèles aux architectes québécois. L'évêché d'Amos illustre les principes du régionalisme et rappelle l'architecture résidentielle traditionnelle par son plan rectangulaire, ses murs en pierre, son toit à croupes à pente aiguë et à larmiers retroussés ainsi que ses lucarnes à croupe. Les architectes ont par ailleurs cherché à souligner la fonction prestigieuse de l'édifice en employant des matériaux nobles comme le cuivre, la pierre et en édifiant une terrasse à l'arrière du bâtiment. L'évêché d'Amos constitue donc une interprétation moderne de la maison traditionnelle québécoise adaptée aux fonctions de résidence épiscopale.

Source : Ville d'Amos, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'évêché d'Amos liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa localisation dans l'un des ensembles institutionnels de la ville, composé notamment d'une ancienne école normale, d'un ancien séminaire et d'une école secondaire;
- sa situation en retrait de la voie publique, sur un terrain dénivelé, aménagé et planté d'arbres matures, à proximité de la rivière Harricana;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à croupes tronqué à pente aiguë et à larmiers retroussés ainsi que le portique surmonté d'un balcon;
- les matériaux, dont le soubassement en béton, le parement en pierre à bossage, la couverture en cuivre à baguettes ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en pierre de taille lisse et en métal;
- les ouvertures, dont les grandes fenêtres à arc surbaissé, les fenêtres rectangulaires (certaines à petits carreaux), les portes à carreaux (dont une surmontée d'une imposte vitrée et encadrée de baies latérales), la porte vitrée à double vantail, les vitraux signés Guido Nincheri, les soupiraux, les lucarnes à croupe, la lucarne engagée ainsi que les claveaux et les chambranles en pierre de taille lisse;
- les éléments ornementaux, dont les chaînes d'angle, le bandeau, les colonnes et le garde-corps en fer;
- l'annexe, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le soubassement fortement surhaussé, le toit en terrasse, le parement en pierre à bossage, les grandes fenêtres rectangulaires à arc surbaissé, les appuis en pierre de taille lisse, le parapet et les garde-corps en fer.

Haut de la page

Informations historiques

L'évêché d'Amos est situé sur le territoire d'une des premières villes de l'Abitibi, Amos. Les premiers colons s'établissent dans le secteur, alors connu sous le nom d'Harricana, à partir de 1910. Quelques années plus tard, soit en 1913, une chapelle-école dédiée à sainte Thérèse d'Avila est construite pour accueillir les célébrations religieuses. À cette époque, la mission est rattachée au vicariat apostolique du Témiscamingue. La paroisse est érigée canoniquement en 1915, année où le territoire du vicariat apostolique devient le diocèse d'Haileybury, qui couvre les régions du nord du Québec et de l'Ontario.

La région de l'Abitibi connaît un développement important entre les deux guerres mondiales. Le diocèse d'Haileybury voit alors le nombre de ses paroisses augmenter rapidement. En 1938, le territoire de ce grand diocèse est divisé pour créer celui d'Amos. L'année suivante, Joseph-Aldée Desmarais (1891-1979) est nommé évêque du nouveau siège épiscopal. L'évêché est alors aménagé temporairement dans la partie avant de l'ancienne chapelle-école située à proximité de la cathédrale.

La création du diocèse favorise l'établissement de nouvelles institutions d'enseignement dans la ville d'Amos. En 1940, l'évêque annonce la fondation d'un séminaire-collège. L'année suivante, une école normale pour filles, dirigée par les Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge, ouvre ses portes au nord de la ville.

Afin de mieux répondre aux besoins grandissants du diocèse, Mgr Desmarais fait construire une résidence épiscopale en 1945. L'édifice est conçu par les architectes Lucien Parent (1893-1956) et Jean-Louis Caron (1913-1983). Les terrains adjacents à la cathédrale n'étant pas assez grands, l'évêché est érigé dans le secteur nord de la ville, près de l'école normale. La résidence épiscopale est ornée de vitraux réalisés par l'artiste Guido Nincheri (1885-1973). Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l'imposante souche de cheminée est supprimée.

L'évêché d'Amos est cité en 2009.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Abitibi

Municipalité :

  • Amos

Adresse :

  • 450, rue Principale Nord

Latitude :

48° 34' 49.0"

Longitude :

-78° 6' 57.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 4 281 960
  • Lot 4 281 961

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013