Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice Wilder-Pierce

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne douane

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Stanstead

Date :

  • après 1810 – avant 1814 (Construction)

Usage :

  • Fonction commerciale (Magasins généraux)
  • Services et institutions (Banques)
  • Services et institutions (Édifices des douanes)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

L'édifice Wilder-Pierce est un bâtiment construit entre 1810 et 1814. Le bâtiment en brique, de plan rectangulaire et à deux étages, est coiffé d'un toit à deux versants à pente faible. La façade est dotée d'une tour rectangulaire latérale probablement élevée vers la fin du XIXe siècle. Elle est surmontée d'un toit à quatre versants. L'édifice Wilder-Pierce est implanté un peu en retrait de la rue principale, sur un terrain dégagé et légèrement surélevé du secteur de Stanstead Plain, dans la ville de Stanstead.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Stanstead) 2009-05-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'édifice Wilder-Pierce présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son ancienneté et sur les différentes fonctions qu'il a abritées. Les premiers colons à s'établir dans cette région frontalière au tournant du XIXe siècle viennent de la Nouvelle-Angleterre. Wilder Pierce (1788-1866) fait construire un magasin sur la rue principale du village peu de temps après son arrivée vers 1810. En raison de sa localisation stratégique à la frontière canado-américaine, la localité de Stanstead Plain est, dès le début du XIXe siècle, un relais pour les diligences transportant des voyageurs et du courrier entre Québec et Boston. Divers services s'implantent progressivement dans le village pour répondre aux besoins des voyageurs. Stanstead Plain devient au cours de la première moitié du XIXe siècle une agglomération prospère et importante à l'échelle régionale. Sa situation à proximité de la frontière et son rôle de plaque tournante des transports révèlent bientôt la nécessité d'un bureau de douanes. Ce dernier est ouvert en 1821 dans le bâtiment maintenant connu sous le nom d'édifice Wilder-Pierce. À cette époque, il s'agit du seul bureau de douanes de toute la région des Cantons de l'Est, et un seul autre est en fonction au Bas-Canada, dans l'actuelle municipalité de Lacolle. De 1859 à 1900, une succursale de l'Eastern Townships Bank est également logée dans le bâtiment. L'édifice Wilder-Pierce occupe ainsi une place importante dans la localité en raison des fonctions qu'il abrite et témoigne de la prospérité de celle-ci au courant du XIXe siècle. Par ailleurs, il s'agit vraisemblablement du plus vieil édifice ayant été utilisé comme bureau de douanes qui subsiste au Canada.

L'édifice Wilder-Pierce présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec le notable local Wilder Pierce. Né au New Hampshire, Wilder Pierce réside par la suite au Vermont avant de venir s'installer à Stanstead Plain. Il devient un marchand très aisé et se lance dans l'agriculture commerciale. Après 1837, il vit des revenus que lui procure l'agriculture commerciale à grande échelle et s'adonne à des activités civiques. Il est notamment magistrat, membre du Séminaire de Stanstead et un important bienfaiteur de l'Église méthodiste du village. Wilder Pierce est au cours de sa vie l'un des plus influents notables de Stanstead Plain et de la région. L'exploitation d'un magasin dans l'édifice Wilder-Pierce est la première action qu'il entreprend dans la localité.

L'édifice Wilder-Pierce présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment témoigne de l'influence de l'architecture domestique de la Nouvelle-Angleterre sur les bâtiments élevés dans la localité au début du XIXe siècle. Les édifices commerciaux érigés en milieu villageois à cette époque présentent généralement des formes similaires aux résidences. Puisque les premiers habitants sont des colons anglophones originaires de la Nouvelle-Angleterre, il n'est pas étonnant qu'ils transposent les formes et le vocabulaire architectural de leur lieu d'origine. L'édifice Wilder-Pierce présente un volume typique de l'architecture de cette région des États-Unis par son plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et le toit à deux versants à pente faible. La façade reprend une composition classique couramment employée dans l'architecture de la Nouvelle-Angleterre avec l'ordonnance de ses ouvertures en cinq travées. Le bâtiment comporte aussi plusieurs éléments issus du vocabulaire classique, notamment une fenêtre palladienne surmontée d'un pignon ainsi que des frontons aux murs pignons et des oculus. La tour en façade s'apparente plutôt aux formes et à l'ornementation de l'époque victorienne. Probablement élevée après la construction initiale de l'édifice Wilder-Pierce, elle témoigne de la tendance à réaliser des agrandissements au goût du jour.

Source : Ville de Stanstead, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'édifice Wilder-Pierce liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation un peu en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé et légèrement surélevé;
- sa situation sur la rue principale du noyau villageois du secteur de Stanstead Plain;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants droits ponctué d'un pignon central, la tour rectangulaire surmontée d'un toit à quatre versants ainsi que le portique couvert;
- les matériaux, dont le parement en brique, celui en bardeaux de bois ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois et en métal;
- les ouvertures, dont les portes encadrées de baies latérales et surmontées d'une imposte vitrée (dont une légèrement cintrée), les fenêtres rectangulaires à guillotine (certaines groupées par trois), la fenêtre palladienne ainsi que les oculus;
- l'ornementation, dont les supports, les appliques menuisées, les frontons ainsi que la corniche;
- les souches de cheminées en brique.

Haut de la page

Informations historiques

L'édifice Wilder-Pierce est construit dans un secteur peuplé à partir du tournant du XIXe siècle. Les premiers colons qui s'installent dans cette région frontalière viennent de la Nouvelle-Angleterre. Ils s'établissent à différents endroits de sorte que trois petits noyaux villageois prennent forme à proximité de la frontière : Beebe Plain, Stanstead Plain et Rock Island.

Originaire du New Hampshire, Wilder Pierce fait ériger un magasin sur la rue principale du noyau villageois de Stanstead Plain peu de temps après son arrivée vers 1810. En raison de sa situation stratégique à la frontière canado-américaine, la localité constitue dès le début du XIXe siècle un relais pour les diligences transportant des voyageurs et du courrier entre Québec et Boston. Une structure d'accueil se met en place et plusieurs services s'implantent progressivement dans le village pour répondre aux besoins des voyageurs. Wilder Pierce devient un marchand prospère et se lance dans l'agriculture commerciale à grande échelle. Il s'adonne à des activités civiques et il constitue l'un des plus influents personnages de la région de l'époque et un important bienfaiteur pour l'Église méthodiste de la localité.

Stanstead Plain devient au cours de la première moitié du XIXe siècle une agglomération prospère et importante à l'échelle régionale. Sa situation à proximité de la frontière et son rôle de plaque tournante des transports révèlent bientôt la nécessité d'un bureau de douanes. Ce dernier est aménagé en 1821 dans le bâtiment aujourd'hui nommé « édifice Wilder-Pierce ». À cette époque, il s'agit du seul bureau de douanes de toute la région des Cantons de l'Est, et un seul autre est en fonction au Bas-Canada, dans l'actuelle municipalité de Lacolle. Le bâtiment loge également une succursale de l'Eastern Townships Bank à partir de 1859. Le bâtiment est probablement agrandi vers la fin du XIXe siècle par l'ajout d'une tour en façade.

Le transport par diligence cesse au profit du transport ferroviaire au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Le passage du chemin de fer du Grand-Tronc à Coaticook plutôt qu'à Stanstead fait perdre à cette dernière localité son importance dans les activités économiques de la région. En 1900, la succursale de l'Eastern Townships Bank est déménagée à Rock Island. Treize ans plus tard, le bureau de douanes quitte aussi le bâtiment, utilisé ensuite à diverses fins commerciales et résidentielles.

L'édifice Wilder-Pierce est cité en 2009.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Memphrémagog

Municipalité :

  • Stanstead

Adresse :

  • 575, rue Dufferin

Latitude :

  • 45° 1' 4.1"

Longitude :

  • -72° 5' 33.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Stanstead Village de Stanstead Plain Absent 59-23

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Bergeron Gagnon, Inc. Sur la route des diligences : à la découverte de la MRC de Memphrémagog. Magog, Municipalité régionale de comté de Memphrémagog, 2001. 12 p.
  • VAN DIE, Marguerite. Religion, family, and community in Victorian Canada : the Colbys of Carrollcroft. Montréal, McGill-Queen's University Press, 2005. 278 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013