Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Carrollcroft

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Musée Colby-Curtis

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Stanstead

Date :

  • 1858 – 1859 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Personnes associées (6)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison Carrollcroft est une résidence en granit gris construite en 1858 et 1859. Elle présente un plan rectangulaire ainsi qu'une élévation de deux étages et demi. La maison est coiffée d'un toit à deux versants droits à pente faible doté d'un pignon central en façade. Un porche ouvert surmonté d'un balcon orne le devant. Un solarium est adossé au mur latéral sud. Une annexe en pierre, elle-même prolongée par deux annexes en bois, est accolée perpendiculairement au mur arrière. La maison Carrollcroft est implantée légèrement en retrait de l'artère principale du noyau villageois, sur un terrain paysager, dans la ville de Stanstead.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Stanstead) 2009-05-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Carrollcroft présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec la famille Colby. Celle-ci marque fortement l'histoire de la région de Stanstead à partir du deuxième tiers du XIXe siècle. Moses French Colby (1795-1863), originaire du New Hampshire et établi à Derby, au Vermont, réussit l'examen du Bureau d'examinateurs en médecine du district de Québec. Il s'établit à Stanstead Plain en 1832 avec son épouse Lemira Strong (1806-1889). Médecin et éleveur de bétail, Colby s'engage aussi en politique et est élu député du comté de Stanstead en 1837. À partir des années 1850, de plus en plus malade, il confie ses affaires à ses fils Charles Carroll (1827-1907) et William Benton (1833-1884). Le père finance la construction de la résidence conçue par Charles Carroll, et bâtie en 1858 et 1859. Les familles de Moses French Colby et de ses deux fils partagent la demeure pendant plusieurs années. Les Colby doivent se départir de la maison en 1872 en raison de problèmes financiers. Charles Carroll Colby en redevient propriétaire en 1887. C'est à cette époque que la résidence est nommée Carrollcroft. L'annexe en bois dotée de sa propre entrée date de l'époque où John Child (1873-1926), le fils cadet de Charles Carroll, s'installe à Carrollcroft avec son épouse Mary Spafford Williams (1877-1921). Médecin, John Child Colby utilise cette annexe comme cabinet de consultation. La résidence est habitée par les héritiers de la famille Colby jusqu'en 1992. Cette année-là, la dernière occupante des lieux, Helen Colby, fait don de la maison et de tous les biens mobiliers qui s'y trouvent à la Société historique de Stanstead; celle-ci y aménage un musée. Le bâtiment est implanté sur un vaste terrain paysager situé au coeur du noyau villageois. Ses grandes dimensions et son emplacement prestigieux, à proximité d'églises, d'institutions réputées et d'autres demeures de notables, rappellent le statut social privilégié des propriétaires constructeurs.

La maison Carrollcroft présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle témoigne de l'influence de l'architecture de style italianisant dans la conception de résidences cossues, au milieu du XIXe siècle. Au cours du premier tiers du XIXe siècle, certains architectes anglais, dont sir Charles Barry (1795-1860) et John Nash (1752-1835) conçoivent de grandes résidences. À cette fin, ils s'inspirent des vastes demeures et des palais construits en Italie au cours de la Renaissance. Ces villas de style italianisant sont également populaires aux États-Unis, où des modèles sont diffusés par catalogue. Au Québec, ce style est aussi prisé par la classe aisée, particulièrement entre 1840 et 1870. Pour concevoir la maison Carrollcroft, Charles Carroll Colby s'est peut-être inspiré de résidences aperçues lors de ses études en droit au Dartmouth College, à Hanover, au New Hampshire. Carrollcroft est peut-être aussi élaborée d'après un modèle de l'auteur étatsunien Andrew Jackson Downing (1815-1852). Plusieurs demeures d'inspiration italienne se caractérisent par un plan irrégulier complété d'une tour. La maison Carrollcroft se rattache plutôt à un modèle proche de l'architecture classique par son caractère symétrique. Elle présente plusieurs éléments très répandus dans ce type architectural, dont les fenêtres cintrées jumelées, les frontons, le porche ouvert central et les balcons. Elle est également ornée de nombreuses consoles disposées régulièrement; aux États-Unis, ces éléments suggèrent le nom de « bracketed style ». La maison Carrollcroft témoigne donc de l'influence de modèles étatsuniens sur l'architecture de cette région frontalière.

Source : Ville de Stanstead, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Carrollcroft liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation légèrement en retrait de l'artère principale de la localité, sur un terrain paysager, au coeur de l'ancien village de Stanstead Plain;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à deux versants droits à pente faible, le pignon central, le porche ouvert surmonté d'un balcon, le balcon du mur latéral nord ainsi que le solarium;
- les matériaux, dont les fondations et la maçonnerie en granit gris local ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont le portail principal (composé d'une porte encadrée de baies latérales et d'une imposte vitrée), le portail de l'étage supérieur (composé d'une porte à panneaux encadrée de baies latérales cintrées et surmontée d'un tympan cintré et vitré), les fenêtres cintrées jumelées inscrites dans un rectangle, les fenêtres en hémicycle, la lucarne à pignon et les soupiraux;
- l'ornementation, dont la corniche à consoles, les piliers jumelés surmontés d'un entablement à consoles, les frontons couronnant les fenêtres, les corbeaux, les garde-corps menuisés et les chaînes d'angle;
- l'annexe en pierre, dont sa disposition perpendiculaire au mur arrière, son plan rectangulaire, son élévation de deux étages, son toit à deux versants droits à pente faible et ses fenêtres rectangulaires;
- l'annexe en bois en appentis;
- l'annexe en bois coiffée d'un toit à deux versants droits;
- les souches de cheminée en brique.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Carrollcroft est construite au coeur de l'ancien village de Stanstead Plain, pour la famille de Moses French Colby (1795-1863) et de Lemira Strong (1806-1889). Colby, originaire du New Hampshire et établi à Derby, au Vermont, réussit l'examen du Bureau d'examinateurs en médecine du district de Québec; il s'établit à Stanstead Plain en 1832. Médecin et éleveur de bétail, il s'engage aussi en politique et est élu député du comté de Stanstead en 1837. À partir des années 1850, de plus en plus malade, il confie ses affaires à ses fils Charles Carroll (1827-1907) et William Benton (1833-1884).

Charles Carroll Colby conçoit la demeure, en s'inspirant peut-être des résidences néoclassiques aperçues lors de ses études en droit au Dartmouth College, à Hanover, au New Hampshire. Il est aussi possible qu'elle découle d'un modèle élaboré par l'auteur américain Andrew Jackson Downing (1815-1852). La construction commence en 1858 et se termine l'année suivante. La maison présente alors une façade en granit local et le mur arrière est toutefois couvert d'un parement en bois. Il est refait en pierre à une date indéterminée. Moses French Colby, son épouse Lemira, Charles Carroll, sa femme Harriet Hannah Child (1838-1932) et les enfants de ceux-ci partagent pendant plusieurs années la demeure.

Charles Carroll Colby est avocat et député du comté de Stanstead à la Chambre des communes. En 1872, en raison de difficultés financières, il doit céder la maison à la banque; il s'établit alors à proximité avec sa famille. Peu de temps après, la demeure est sérieusement endommagée par un incendie. En 1887, le bâtiment redevient la propriété de Colby. Des travaux de restauration sont entrepris. C'est à cette époque que la résidence commence à être désignée sous le nom de Carrollcroft.

Le solarium adossé au mur latéral sud est bâti après 1888. L'annexe arrière en pierre, servant autrefois d'appartement pour les domestiques et de cuisine, est construite à une date indéterminée. L'aménagement de l'annexe en bois dotée de sa propre entrée remonte à l'époque où John Child (1873-1926), le fils cadet de Charles Carroll, s'installe à Carrollcroft avec son épouse Mary Spafford Williams (1877-1921). Médecin, John Child Colby l'utilise comme cabinet de consultation.

La résidence est habitée par les héritiers de la famille Colby jusqu'en 1992. Cette année-là, la dernière occupante des lieux, Helen Colby, fait don de la maison et de tous les biens mobiliers qui s'y trouvent à la Société historique de Stanstead. La Société y aménage le musée Colby-Curtis. Des jardins inspirés de ceux entourant autrefois la demeure sont réaménagés sur le terrain.

La maison Carrollcroft est citée en 2009. Elle abrite toujours l'institution muséale.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Memphrémagog

Municipalité :

  • Stanstead

Adresse :

  • 535, rue Dufferin

Lieux-dits :

  • Stanstead Plain

Latitude :

  • 45° 0' 58.7"

Longitude :

  • -72° 5' 37.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Stanstead Village de Stanstead Plain Absent 62
64 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Bergeron Gagnon, Inc. Le patrimoine bâti de la MRC Memphrémagog : une richesse dans la diversité. Magog, Municipalité régionale de comté de Memphrémagog, 2002. 16 p.
  • Environnement Conseil BGA Inc. et Planigraph. Une région frontalière unique : Stanstead Plain, Rock Island, Beebe Plain, Ogden, Stanstead-Est, Canton de Stanstead, Estrie, PQ. Stanstead, Société historique de Stanstead, 1994. 15 p.
  • HUBBARD, Benjamin F. Forests and Clearings: The History of Stanstead County, Province of Quebec, with Sketches of more than Five Hundred Families. Montréal, Lovell Printing and Publishing Company, 1874. 367 p.
  • Pagé et Compagnie. La MRC Memphrémagog : une région qui se distingue. Magog, Municipalité régionale de comté de Memphrémagog, 1993. 112 p.
  • s.a. Trois maisons historiques : architecture, culture, patrimoine des Cantons de l'Est = Three historical houses : architecture, culture, heritage of the Townships. Coaticook, s.n., 2000. 12 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013