Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Ancienne église de Sainte-Marie-Madeleine

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle Notre-Dame-du-Rosaire
  • Église de la Vierge-du-Rosaire
  • Petit Sanctuaire
  • Vieille église paroissiale

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1717 – 1720 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Patrimoine mobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Images

Carte

Description

Le sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire est un lieu de culte de tradition catholique érigé de 1717 à 1720. Le bâtiment en pierre des champs présente un plan rectangulaire, prolongé par un transept du côté nord et par une annexe rectangulaire d'un étage en verre et en pierre du côté sud. Il est coiffé d'un toit à deux versants aigus revêtus de bardeaux de bois, dont les larmiers sont légèrement recourbés. Un clocher surmonte le faîte de la façade pignon. L'édifice est implanté à proximité du fleuve Saint-Laurent, sur un site comprenant plusieurs autres bâtiments religieux et divers aménagements paysagers. Il fait partie du sanctuaire marial de Notre-Dame-du-Cap, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine de la ville de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Trois-Rivières) 2017-06-19
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Le sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire est à l'origine du sanctuaire marial de Notre-Dame-du-Cap, un lieu de pèlerinage important au Québec. Les fondements du sanctuaire remontent au milieu du XVIIe siècle.

Une première chapelle en bois est érigée à Cap-de-la-Madeleine en 1659 par Pierre Boucher (1622-1717), alors propriétaire du domaine appelé fief Sainte-Marie. Cette chapelle est transportée sur le site actuel dans les années 1660. En 1717, le bâtiment étant jugé trop petit, les paroissiens le démolissent et entreprennent la construction d'un nouveau lieu de culte en pierre. Les travaux s'échelonnent jusqu'en 1720 et l'oeuvre est achevée par le menuisier François Dufaux. Une nouvelle église paroissiale est construite à proximité en 1879, mais la chapelle en pierre est conservée et devient un sanctuaire dédié à la Vierge.

À partir de la fin du XIXe siècle, des milliers de pèlerins venus du Québec et des États-Unis visitent le sanctuaire marial, considéré comme l'un des plus importants en Amérique du Nord. Au fil des années, le site s'agrandit et des communautés religieuses s'y installent. Une première annexe est ajoutée au bâtiment en 1904. L'affluence des pèlerins est telle qu'une basilique pouvant accueillir plus de 1 600 personnes est construite sur le site de 1954 à 1965.

En 1973, une nouvelle annexe vient remplacer celle de 1904. Elle est réalisée en partie avec la pierre récupérée de l'ancienne église paroissiale bâtie en 1879 et démolie en 1963.

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire constitue toujours un lieu de pèlerinage. Il s'agit de l'une des plus anciennes églises au Québec, qui a exceptionnellement conservé la plupart de ses composantes d'origine.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire du patrimoine bâti de Trois-Rivières (2009 - 2010)
    Ville de Trois-Rivières


  • La valeur patrimoniale du sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire repose sur son intérêt historique et par le fait même, sur son ancienneté. Il s'agit de l'une des plus anciennes églises au Québec, qui a exceptionnellement conservé la plupart de ses composantes d'origine. Une première chapelle en bois est érigée à Cap-de-la-Madeleine en 1659 par Pierre Boucher (1622-1717), alors propriétaire du domaine appelé fief Sainte-Marie. Cette chapelle est déplacée sur le site actuel dans les années 1660. En 1717, le bâtiment étant jugé trop petit, les paroissiens le démolissent et entreprennent la construction d'un nouveau lieu de culte en pierre. Les travaux s'échelonnent jusqu'en 1720 et l'oeuvre est achevée par le menuisier François Dufaux. Une nouvelle église paroissiale est construite à proximité en 1879, mais la chapelle en pierre est conservée et devient un sanctuaire dédié à la Vierge. Une première annexe est aménagée en 1904 pour accueillir le nombre croissant de pèlerins. Elle est remplacée par l'annexe moderne actuelle en 1973. Le sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire, communément appelé « le petit sanctuaire », témoigne aujourd'hui des origines modestes de la paroisse et du lieu de pèlerinage.

    La valeur patrimoniale du sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire repose également sur son intérêt symbolique. La croyance populaire veut que des miracles s'y soient produits. Dès la fin du XIXe siècle, des milliers de pèlerins venus du Québec et des États-Unis visitent le sanctuaire marial, considéré comme l'un des plus importants en Amérique du Nord. Au fil des années, le site s'agrandit et des communautés religieuses s'y installent. L'affluence des pèlerins est telle qu'une basilique pouvant accueillir plus de 1 600 personnes est construite sur le site de 1954 à 1965. Le « petit sanctuaire », à l'origine de ce culte, revêt donc une signification spirituelle pour plusieurs catholiques d'ici et d'ailleurs.

    La valeur patrimoniale du sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire repose aussi sur son intérêt architectural de même que sur son excellent état de conservation. Le bâtiment possède une architecture sobre et représentative des églises rurales anciennes du Québec. Son volume simple, ses murs de maçonnerie en pierre des champs, son toit à deux versants aigus et aux larmiers recourbés et son ornementation dépouillée sont notamment des caractéristiques communes aux lieux de culte du XVIIIe siècle. De plus, le sanctuaire comporte toujours son modèle de fenêtre original à battants et à carreaux. Les murs, auparavant recouverts de crépi, laissent maintenant voir l'ouvrage en pierre. L'annexe contemporaine, bâtie en 1973, s'intègre harmonieusement à cette construction ancienne. Elle est réalisée en partie avec la pierre récupérée de l'ancienne église paroissiale bâtie en 1879 et démolie en 1963. L'utilisation de matériaux traditionnels, comme la pierre et le bardeau de cèdre, de même que le respect des proportions du petit sanctuaire, contribuent à créer un ensemble cohérent.

    La valeur patrimoniale du sanctuaire de Notre-Dame-du-Très-Saint-Rosaire repose en outre sur l'intérêt de son implantation. Le lieu de pèlerinage, aménagé en bordure du fleuve, se trouve dans le noyau villageois et historique de Cap-de-la-Madeleine. Le « petit sanctuaire » fait face à un vaste parc comprenant un lac artificiel, des arbres matures, des jardins, des pavillons et un chemin de procession. Il est situé à proximité des résidences pour les communautés religieuses et de la basilique. Le bâtiment forme avec toutes les composantes du site un ensemble lié par leur valeur symbolique et esthétique.
    Source : Municipalité de Trois-Rivières, 2010.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Mauricie

    MRC :

    • Trois-Rivières

    Municipalité :

    • Trois-Rivières

    Adresse :

    • 626, rue Notre-Dame Est

    Lieux-dits :

    • Cap-de-la-Madeleine

    Latitude :

    • 46° 22' 2.8"

    Longitude :

    • -72° 29' 55.5"

    Désignation cadastrale :

    • Lot 2 300 857

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • BINETTE, Gérald. Répertoire des édifices anciens. Historique des noms de rues de Cap-de-la-Madeleine. Cap-de-la-Madeleine, Société d'histoire du Cap-de-la-Madeleine, 2000. 138 p.
    • LORANGER, Maurice. Histoire de Cap-de-la-Madeleine (1651-1986). Cap-de-la-Madeleine, 1987. s.p.
    • Patri-Arch. Inventaire du patrimoine architectural du Chemin du Roy à Trois-Rivières . Trois-Rivières, Société de conservation et d'animation du patrimoine de Trois-Rivières, 2003. s.p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013