Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Date :

  • 1880 – 1882 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est une résidence à caractère religieux construite de 1880 à 1882. La maison curiale présente un plan rectangulaire à deux étages et demi. Elle est coiffée d'un toit à croupes se prolongeant au-delà des murs et percé de lucarnes. Le deuxième étage est doté d'une galerie en façade. Une annexe en appentis est adossée à l'arrière du bâtiment. Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est situé en bordure de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé. Il se trouve à proximité de l'église paroissiale et d'autres habitations, dans la municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Notre-Dame-des-Sept-Douleurs) 2008-06-06
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La construction témoigne des diverses influences stylistiques marquant les édifices institutionnels au Québec au cours du XIXe siècle, notamment le mouvement pittoresque et les principes classiques. Le mouvement pittoresque est issu d'une théorie de l'esthétique née en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Il favorise un rapport plus intime entre l'architecture et son environnement. Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, construit de 1880 à 1882, révèle l'influence de ce mouvement dans la seconde moitié du XIXe siècle, notamment par son solage dégagé, sa toiture à croupes débordant au-delà des murs et sa galerie créant un lien entre le bâtiment et son environnement. Les formes proposées par le mouvement pittoresque sont en outre fréquemment associées aux principes classiques de composition, comme la symétrie. L'ornementation de la résidence, constituée principalement d'un portail, est concentrée au deuxième niveau, marquant l'étage noble. Les ouvertures sont disposées régulièrement. Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs témoigne donc de ces influences dans la construction d'édifices à caractère religieux dans la région du Bas-Saint-Laurent, durant le dernier quart du XIXe siècle.

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs présente aussi un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale reposant sur sa représentativité par rapport à un type de bâtiment à fonction religieuse. Dans les paroisses du Québec, le presbytère est une habitation comprenant le bureau du curé, ce personnage influent et respecté représentant l'Église, où il y reçoit les fidèles. Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs sert à héberger différents membres du personnel de la communauté catholique insulaire. À l'origine, aucun escalier intérieur ne relie le rez-de-chaussée à l'étage. L'étage supérieur est réservé aux membres du clergé; le rez-de-chaussée est utilisé par le personnel de service. La circulation entre les étages se fait alors uniquement par l'extérieur. Ce n'est qu'en 1936 qu'un escalier intérieur est aménagé. L'habitation utilisée aujourd'hui comme bâtiment communautaire conserve une place importante dans la vie des habitants de l'endroit.

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. En effet, il est le seul bâtiment subsistant qui témoigne des activités religieuses sur l'île à la fin du XIXe siècle. La paroisse est érigée canoniquement en 1874. Une église et un presbytère sont ensuite construits, puis un cimetière complète le noyau religieux. En 1974, un incendie détruit l'église, qui est remplacée par un nouvel édifice. Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs rappelle donc la présence de cette communauté catholique à la fin du XIXe siècle.

Source : Municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation en bordure de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé, à proximité de l'église et du cimetière paroissial;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à croupes se prolongeant au-delà des murs ainsi que la galerie longeant le deuxième étage en façade;
- les matériaux, dont les parements de planches horizontales et de bardeaux de cèdre, la couverture de bardeaux de cèdre ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures disposées régulièrement, dont les fenêtres rectangulaires à battants et à grands carreaux, les fenêtres plus petites du rez-de-chaussée, le portail du deuxième étage (composé d'une porte en bois à panneaux, de baies latérales et d'un entablement), la porte en bois à panneaux du rez-de-chaussée ainsi que les lucarnes à croupes;
- l'ornementation sobre, dont les chambranles, les supports et le garde-corps de la galerie;
- la souche de cheminée en brique;
- l'annexe arrière en appentis.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est la première maison curiale de la paroisse. En 1874, cette dernière est érigée canoniquement et une première église est édifiée. Le presbytère est ensuite construit de 1880 à 1882 et forme, avec le lieu de culte et le cimetière, le noyau religieux de la paroisse. Le presbytère sert alors à héberger différents membres du personnel de la communauté insulaire. À l'origine, aucun escalier ne relie le rez-de-chaussée à l'étage; la circulation se fait par l'extérieur. L'étage supérieur est réservé aux membres du clergé et le rez-de-chaussée est occupé par le personnel de service. Un escalier intérieur relie les deux étages depuis 1936.

En 2000, certains éléments extérieurs sont restaurés, dont le parement d'origine en planche horizontale et la galerie longeant le deuxième étage de la façade.

Le presbytère de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est cité en 2008. Le bâtiment sert maintenant aux activités communautaires.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rivière-du-Loup

Municipalité :

  • Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Adresse :

  • 629, chemin de l'Île

Latitude :

  • 48° 1' 13.0"

Longitude :

  • -69° 26' 8.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Témiscouata Paroisse de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs Absent 62
64

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LEMIEUX, Édouard. Notre-Dame de l'Île Verte : paroisse centenaire 1874-1974. Rivière-du-Loup, Imprimerie Le Saint-Laurent, 1974. 78 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013