Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Léon-le-Grand

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancien presbytère de Saint-Léon-le-Grand

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Saint-Léon-le-Grand

Date :

  • 1894 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Images

Description

Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand est une maison curiale construite en 1894. Le corps principal du bâtiment a un plan presque carré et une élévation de deux étages, et il est coiffé d'un toit à pavillon tronqué ponctué d'un pignon sur chaque versant. Une annexe latérale, de plan rectangulaire et d'une élévation d'un étage et demi, est greffée à l'édifice. La maison curiale est ceinturée d'une galerie couverte. Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand est implanté en retrait de la voie publique, sur un terrain légèrement en pente dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Léon-le-Grand.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Léon-le-Grand) 2009-09-08
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Ce bâtiment est représentatif des maisons bourgeoises érigées en milieu rural à la fin du XIXe siècle. Ces maisons ont souvent des formes similaires à celles des résidences plus modestes, mais elles se distinguent généralement par des dimensions plus importantes ainsi qu'une ornementation plus riche. Construite en 1894, la maison curiale de Saint-Léon-le-Grand évoque une maison bourgeoise de la fin du XIXe siècle, notamment par le plan presque carré de son corps principal, un plan qui se répand dans les campagnes québécoises à partir de la fin de ce siècle, ainsi que par son élévation de deux étages. Ce bâtiment de grande taille est coiffé d'un toit en pavillon tronqué ponctué d'un pignon sur chaque versant, une forme plutôt complexe rarement employée pour les habitations plus modestes en milieu villageois. La présence d'une galerie couverte, ceinturant une bonne partie du bâtiment et non simplement la façade, est également répandue dans l'architecture des résidences bourgeoises. L'ornementation de la maison curiale contribue aussi à renforcer son caractère bourgeois. Elle est notamment constituée de planches cornières, de chambranles moulurés, d'un fronton triangulaire ainsi que de différents aisseliers ouvragés de facture plutôt éclectique. Les dimensions importantes du presbytère de Saint-Léon-le-Grand ainsi que ses divers éléments architecturaux et ornementaux contribuent aussi à le distinguer des bâtiments environnants et à lui donner un aspect plus monumental.

Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il est représentatif de ce type de résidence à caractère religieux. Dans les paroisses du Québec, le presbytère est la demeure du curé, personnage influent et respecté qui représente l'évêque et l'Église. Le rez-de-chaussée comprend des pièces réservées aux fonctions publiques; il compte habituellement un bureau où sont reçus les fidèles et où les marguilliers peuvent se réunir. L'étage supérieur a un caractère plus privé; il abrite les chambres du curé et du vicaire et celles réservées à l'évêque et aux visiteurs de passage. Les grandes dimensions de la maison curiale rappellent d'ailleurs cette double fonction. Ces dimensions, ainsi que la situation en retrait du presbytère de Saint-Léon-le-Grand, marquent l'importance du lieu pour la paroisse.

Source : Municipalité de Saint-Léon-le-Grand, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Léon-le-Grand liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- le volume du corps principal, dont le plan presque carré, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon tronqué ponctué de pignons, la galerie couverte ceinturant le bâtiment sur quatre côtés, et les escaliers permettant l'accès;
- les matériaux, dont les fondations en pierre, la couverture en tôle posée à la canadienne et celle en tôle pincée, ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les portes surmontées d'une imposte rectangulaire vitrée (dont une en bois à panneaux et à vitrage), les fenêtres à battants à grands carreaux, la fenêtre cintrée, la lucarne à fronton ainsi que les soupiraux rectangulaires;
- l'ornementation, dont les supports, les garde-corps, les aisseliers, le fronton triangulaire, les planches cornières et les chambranles;
- l'annexe latérale, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits couvert de tôle pincée, la galerie couverte en façade, les fenêtres rectangulaires (certaines à battants et à grands carreaux), les chambranles, les retours de corniche ainsi que la planche cornière;
- l'appentis greffé à l'arrière du corps principal et de l'annexe;
- les souches de cheminées en brique;
- sa localisation en retrait de la voie publique, sur un terrain légèrement en pente planté de quelques arbres matures;
- sa situation au coeur du noyau villageois.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand est construit au bas de la concession du Grand Rang, dans le fief Grosbois-Ouest, en bordure de la seigneurie de Grandpré à l'ouest et du fief Dumontier au nord. Il est érigé sur un territoire dont le développement commence au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Des terres sont concédées à des censitaires qui les défrichent afin de les cultiver. L'occupation du territoire progresse rapidement.

Le village de Chacoura, qui prendra ultérieurement le nom de paroisse Saint-Léon-le-Grand, prend plus concrètement forme au début du XIXe siècle avec l'érection d'une première chapelle en 1801. Un presbytère est également construit au début du XIXe siècle à proximité du lieu de culte. Il est remplacé par une deuxième maison curiale en pierre probablement érigée vers 1825. La petite communauté s'est entre-temps dotée d'une église en pierre plus spacieuse.

Lors d'une assemblée des marguilliers en 1893, il est décidé d'ériger un nouveau presbytère avec une cuisine adjacente. Le contrat est octroyé à Édouard Lesage, un entrepreneur du village. L'ancienne maison curiale est démolie et les fondations sont réutilisées pour la nouvelle construction, tandis que les autres matériaux sont récupérés afin de servir à l'érection de l'école du village. Les travaux de construction du nouveau bâtiment religieux débutent au printemps de 1894 et sont achevés à l'automne. La résidence est dotée d'une fournaise à eau chaude, et deux trottoirs en bois sont construits afin de relier l'édifice à la sacristie ainsi qu'au chemin du Roi. Les pierres de l'ancien presbytère auraient également servi à ériger le mur du cimetière actuel inauguré en 1896.

La maison curiale fait l'objet de travaux au cours du XXe siècle, dont la construction d'une petite annexe en appentis à l'arrière de la résidence.

Le presbytère de Saint-Léon-le-Grand est cité en 2009. Le bâtiment est maintenant utilisé à des fins communautaires.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Maskinongé

Municipalité :

  • Saint-Léon-le-Grand

Adresse :

  • 10, rue de la Fabrique

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Maskinongé Paroisse de Saint-Léon-le-Grand Absent 113 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BELLEMARE, Lucien. « Des dates marquantes dans l'histoire de Saint-Léon-le-Grand ». L'Écho, 12 août 2001, p. 9-11.
  • PLOURDE, Amanda. Notes historiques sur la paroisse de Saint-Léon le Grand. Trois-Rivières, Le Bien public, 1916. 88 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013