Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Guyon-Lessard

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Château-Richer

Date :

  • vers 1760 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (1)

Personnes associées (4)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Guyon-Lessard est une résidence rurale d'inspiration française construite vers 1760. Le bâtiment en pierre, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffé d'un toit à deux versants à larmiers retroussés. La maison Guyon-Lessard est implantée en bordure de la voie publique, au pied d'une déclivité de terrain à proximité du fleuve, dans la ville de Château-Richer.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure de la résidence et des dépendances.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Perron
  • Tambour

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle profilée

Porte principale :

  • bois, à panneaux

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Château-Richer) 2008-09-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Guyon-Lessard présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de la résidence rurale d'inspiration française. Ce type est issu des modèles et des savoir-faire français, adaptés aux conditions locales particulières, comme le climat et la disponibilité des matériaux. La maison Guyon-Lessard, construite vers 1760, en est une illustration par son corps de logis de plan rectangulaire, son faible dégagement par rapport au sol, son toit aigu à deux versants et ses ouvertures rectangulaires à battants. Elle témoigne également de l'influence de nouveaux courants stylistiques au tournant du XIXe siècle. Divers éléments signalent l'empreinte des principes néoclassiques sur l'architecture domestique de cette époque. En effet, la distribution symétrique des ouvertures en façade et l'ajout d'un portail d'inspiration classique composé de pilastres et d'un entablement démontrent cette présence. L'ajout de larmiers permettant de couvrir l'avant de la maison révèle l'influence du pittoresque. Ce mouvement esthétique apparaît également lors de la première moitié du XIXe siècle. Par ailleurs, les deux lucarnes à pignon, percées au XIXe siècle, illustrent l'utilisation des combles comme espace habitable. La pratique est peu répandue dans les périodes précédentes. Ces composantes en font un exemple représentatif des maisons rurales du XVIIIe siècle et de leur évolution architecturale.

La maison Guyon-Lessard présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de l'occupation passée de Château-Richer. Elle est située sur le territoire de l'une des plus anciennes seigneuries concédées, soit celle de Beaupré. Une terre est d'abord octroyée à Claude Auber (vers 1616-1694), notaire royal, greffier et juge-prévôt de la seigneurie de Beaupré. François Guyon, maître taillandier, achète en 1723 une portion de cette terre. Une première maison en pierre est construite entre 1723 et 1751; le couple formé de François Guyon et Marguerite Lessard l'occupe. En 1759, les soldats anglais mettent en feu la Côte-de-Beaupré; l'habitation alors en ruine est reconstruite. Les descendants Guyon vivent sur la terre jusqu'en 1820, année où la propriété est vendue. La maison Guyon-Lessard figure parmi les résidences les plus anciennes de Château-Richer. Par ailleurs, son orientation vers le fleuve et son implantation en bordure de l'avenue Royale, ancien chemin du Roy, révèlent aussi l'importance de ces voies de communication pour le peuplement de la Côte-de-Beaupré.

La maison Guyon-Lessard présente en outre un intérêt pour ses valeurs ethnologique et historique liées à la présence des dépendances. Ces dernières démontrent le savoir-faire aujourd'hui tombé en désuétude. À l'époque, l'habitation est dotée d'une ancienne laiterie où se font le traitement et l'entreposage du lait. Celle-ci est aménagée du côté nord-est afin d'assurer la fraîcheur de la pièce. Une dépendance située du côté est abrite un fumoir à jambon et une forge. Il s'agit d'un bâtiment en bois datant du début du XXe siècle, de volume carré comportant un étage. Ces dépendances témoignent de méthodes traditionnelles de conservation des aliments en milieu rural.

Source : Ville de Château-Richer, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Guyon-Lessard liés à ses valeurs architecturale, historique et ethnologique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le faible dégagement par rapport au sol et le toit aigu à deux versants à larmiers retroussés;
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellon (crépie sur les murs pignons) ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique sur la façade, les fenêtres rectangulaires à battants et à grands carreaux, le portail (composé de pilastres simples, d'un entablement et d'une porte à panneaux et à vitrage), les lucarnes à pignon ainsi que les chambranles menuisés;
- sa façade tournée vers le fleuve Saint-Laurent;
- son implantation en bordure de l'avenue Royale;
- la présence d'une ancienne laiterie aménagée sur le côté nord-est de la résidence;
- la présence d'une dépendance en bois de plan carré à un étage coiffée d'un toit à deux versants droits.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Guyon-Lessard est située sur le territoire de la seigneurie de Beaupré, une des plus anciennes concédées en Nouvelle-France. La Compagnie de la Nouvelle-France accorde les terres à Antoine Cheffault de la Renardière en 1636. En 1641, une grande partie du territoire de Château-Richer est concédée en roture ou en fief. En 1650, Claude Auber (vers 1616-1694), notaire royal de la colonie, greffier et juge-prévôt de la seigneurie de Beaupré, obtient une terre de la seigneurie. Monseigneur François de Laval (1623-1708), premier évêque de Québec, acquiert la seigneurie en 1662. François Guyon, maître taillandier, achète en 1723 une portion de la terre de Claude Auber. Une première maison en pierre est vraisemblablement construite entre 1723 et 1751. Elle est sans doute occupée par des soldats anglais avant le siège de Québec. En 1759, les soldats anglais mettent en feu la Côte-de-Beaupré; l'habitation alors en ruine est reconstruite. Marguerite Lessard, veuve de François Guyon, l'habite à nouveau. Leurs descendants vivent sur la terre jusqu'en 1820. La propriété est vendue la même année aux frères Joseph et Jean Vézina. La famille Vézina occupe la maison pendant un siècle.

La maison Guyon-Lessard est citée en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • La Côte-de-Beaupré

Municipalité :

  • Château-Richer

Adresse :

  • 7753, avenue Royale

Latitude :

  • 46° 57' 50.0"

Longitude :

  • -71° 1' 47.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmorency Paroisse de Château-Richer Absent 308-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAVOIE, Lucie et Patrick TANGUAY. Demande de citation historique d'un bien culturel: La maison Guyon-Lessard. Château-Richer, 2008. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013