Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • L'Assomption

Date :

  • 1897 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge est une maison curiale d'inspiration Second Empire construite en 1897. De plan rectangulaire, le bâtiment en pierre bosselée comporte deux étages et est coiffé d'un toit mansardé. Les pignons frontons qui coiffent les fenêtres de l'étage supérieur ornent les brisis du toit, à la manière de lucarnes. En façade, l'entrée principale est précédée d'un porche à colonnes en pierre. Une annexe rectangulaire de deux étages est disposée perpendiculairement au mur arrière. Le presbytère est flanqué, au nord-est, de l'église de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge. Il est implanté en bordure de la rue du Portage, à l'angle de la rue Saint-Pierre, dans la municipalité de L'Assomption.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (L'Assomption) 2008-06-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construit en 1897, le bâtiment s'inspire de l'architecture Second Empire. Ce courant naît en France avec l'agrandissement du palais du Louvre (1852-1857). Il est introduit en Amérique d'abord aux États-Unis, puis est largement diffusé au Québec notamment en raison de sa connotation française. Plusieurs édifices québécois construits après 1860 reprennent les grandes lignes de ce style, dont le toit mansardé et l'ornementation classique. L'influence de l'architecture Second Empire sur le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge se remarque par son toit mansardé, par la symétrie de ses façades, par son solage bien dégagé et son portique central. Son ornementation classique est complétée par des frontons coiffant les fenêtres de l'étage supérieur, ainsi que par des chaînes d'angle et des bandeaux horizontaux en pierre de taille. Le portique à colonnes, à l'origine en bois et coiffé d'un fronton triangulaire, est reconstruit en pierre et couronné d'un arc cintré dans les années 1950. L'architecture du presbytère fait écho à celle du couvent de L'Assomption avec sa pierre bosselée et son inspiration Second Empire. L'édifice conventuel, datant de 1889, est situé à proximité et abrite aujourd'hui la maison de la Culture.

Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec son architecte, Alcide Chaussé (1868-1944). Originaire du comté de L'Assomption, Chaussé amorce sa carrière en 1888 après une formation à Montréal et aux États-Unis. Il est architecte municipal de la ville de Montréal de 1914 à 1918. Très engagé dans son milieu professionnel, il participe à de nombreux congrès internationaux et rédige plusieurs ouvrages sur le bâtiment. Il fait partie des fondateurs de l'Association des architectes de la province de Québec (AAPQ), qu'il préside en 1890. Il occupe le poste de secrétaire de l'Institut royal d'architecture du Canada de 1907 à 1942. La façade de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal à L'Île-Perrot (1901) et le théâtre Empress (1927) à Montréal figurent parmi ses oeuvres architecturales les plus connues.

Source : Municipalité de L'Assomption, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation à proximité de l'église de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge, en bordure de la rue du Portage, à l'intérieur du noyau religieux et institutionnel de L'Assomption, face à la rivière du même nom;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le solage fortement dégagé, le toit mansardé et l'annexe rectangulaire de deux étages disposée perpendiculairement au mur arrière;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre bosselée, la pierre appareillée en larges blocs du soubassement, la pierre de taille lisse du porche, des bandeaux horizontaux et des encadrements d'ouvertures, ainsi que le bois des ouvertures et de certains ornements;
- ses ouvertures disposées de manière symétrique, dont la porte d'entrée principale vitrée surmontée d'une imposte cintrée, la porte latérale ouest protégée par un petit porche en bois (à deux piliers supportant un toit à deux versants), la porte de l'annexe (donnant sur une petite galerie couverte d'un avant-toit), les larges fenêtres rectangulaires du rez-de-chaussée et les étroites fenêtres à guillotine de l'étage supérieur;
- son ornementation classique, dont les chaînes d'angle, la corniche du toit et son bandeau, ainsi que les frontons coiffant les fenêtres de l'étage supérieur à la manière de lucarnes;
- le porche en pierre précédant l'entrée principale en façade, soutenu par deux colonnes et coiffé d'un toit à deux versants avec pignon en pierre percé d'un arc cintré et surmonté d'une clef de voûte.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge est la quatrième maison curiale construite à L'Assomption, et la troisième sur le même emplacement. La paroisse, à l'origine nommée Saint-Pierre-du-Portage, est fondée en 1724 par le curé Pierre Le Sueur. Ce dernier construit un premier presbytère en 1731; il s'agit d'un humble bâtiment de bois. Dans les années 1750, une nouvelle maison curiale s'élève sur l'emplacement du presbytère actuel. Devenue vétuste, elle est reconstruite en 1801. En 1896, la fabrique sollicite l'architecte Alcide Chaussé (1868-1944) pour dresser les plans et devis d'un nouveau bâtiment, en pierre cette fois.

Originaire du comté de L'Assomption, Chaussé amorce sa carrière en 1888 après une formation à Montréal et aux États-Unis. Il est architecte municipal de la ville de Montréal de 1914 à 1918. Très engagé dans son milieu professionnel, il participe à de nombreux congrès internationaux et rédige plusieurs ouvrages sur le bâtiment. Il fait partie des fondateurs de l'Association des architectes de la province de Québec (AAPQ), qu'il préside en 1890. Il occupe le poste de secrétaire de l'Institut royal d'architecture du Canada de 1907 à 1942. La façade de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal à L'Île-Perrot (1901) et le théâtre Empress (1927) à Montréal figurent parmi ses oeuvres architecturales les plus connues.

Le presbytère qu'il conçoit à L'Assomption est inspiré de l'architecture Second Empire. Ce courant architectural naît en France avec l'agrandissement du palais du Louvre (1852-1857). Il est introduit en Amérique d'abord aux États-Unis, puis est largement diffusé au Québec notamment en raison de sa connotation française. Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge est caractéristique de ce style par son toit mansardé, par la symétrie de ses façades et par son ornementation classique. Le portique à colonnes qui précède l'entrée en façade est réalisé en bois à l'origine et coiffé d'un fronton. Il est reconstruit en pierre dans les années 1950 et couronné d'un arc cintré.

Le presbytère de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge est cité en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • L'Assomption

Municipalité :

  • L'Assomption

Adresse :

  • 153, rue du Portage

Latitude :

  • 45° 49' 31.3"

Longitude :

  • -73° 25' 27.4"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 893 139

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • FARIBAULT, Aimée. Vieilles maisons, vieilles gens : L'Assomption en 1932. Joliette, s.é., 1992. 316 p.
  • OLIVIER, Réjean. À cause d'un portage... : L'Assomption en 1932 : catalogue de l'exposition de photographies tirées du manuscrit "Vieilles maisons, vieilles gens" par Aimé Faribault. Joliette, s.é., 1991. 58 p.
  • ST-JEAN, Claude. Une foi au pays des méandres : paroisse Assomption-de-la-Sainte-Vierge : 1724-1999. s.l. s.é., 1999. 55 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013