Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ensemble religieux de Saint-Antoine-de-Padoue
  • Ensemble religieux de Saint-Antoine-sur-Richelieu
  • Noyau religieux de Saint-Antoine-sur-Richelieu

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Antoine-sur-Richelieu

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (5)

Images

Carte

Description

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue est un ensemble institutionnel de tradition catholique. Il comprend l'église, le presbytère, le cimetière, le couvent Saint-Joseph ainsi que le parc de la Fabrique. Construit de 1775 à 1780, le lieu de culte en pierre présente un plan en croix latine composé d'une nef rectangulaire, d'un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle et d'un transept. Une sacristie est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur et est reliée à la nef par un chemin couvert. Érigé en 1882, le presbytère en pierre présente un plan rectangulaire à deux étages, comprenant le toit mansardé percé de lucarnes. Une galerie couverte longe la façade et deux murs latéraux. Le couvent, édifice en brique rouge bâti en 1885, présente un plan rectangulaire à deux étages et demi et il est coiffé d'un toit à deux versants droits. Le cimetière est aménagé sur un terrain dégagé au relief peu accusé adjacent à l'église. Le parc de la Fabrique comprend notamment le monument de George-Étienne Cartier, la pierre commémorative des familles Archambault d'Amérique, le Mai des Patriotes et les meules de l'ancien moulin du curé Payet. Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue se situe au centre du noyau villageois de la municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments, aux terrains et aux structures qui s'y trouvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Antoine-sur-Richelieu) 2008-07-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le site témoigne de la croissance de la municipalité depuis le XVIIIe siècle. Les premiers colons s'établissent dans les environs vers 1725. Le territoire de l'actuelle municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu fait alors partie de la seigneurie de Contrecoeur et de la paroisse de Sainte-Trinité. En 1750, la paroisse de Saint-Antoine-de-Padoue est fondée. Une première église est construite en 1752 au bord de la rivière, face au presbytère actuel. Pour répondre à l'accroissement de la communauté, ce lieu de culte est remplacé par le présent édifice, construit à l'emplacement actuel, de 1775 à 1780. Cette nouvelle église est rénovée selon les plans de Louis-Zéphirin Gauthier en 1878, puis reconstruite selon les mêmes plans après l'incendie de 1913 ayant détruit les clochers et le décor intérieur. Le presbytère, devenu aujourd'hui la maison de la culture Eulalie-Durocher, remplace en 1882 la première maison curiale érigée en 1750. Le couvent, autrefois dirigé par les Soeurs de Saint-Joseph, est pour sa part bâti en 1885 pour remplacer une école devenue trop petite. Le parc situé en face de l'église comporte quelques monuments et objets commémoratifs. Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue constitue donc un témoin précieux de l'histoire de Saint-Antoine-sur-Richelieu.

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'église de Saint-Antoine-de-Padoue présente une façade monumentale représentative de l'architecture religieuse du XIXe siècle, notamment par ses cinq travées, ses deux tours latérales massives surmontées d'un clocher ainsi que par l'ornementation tirée du vocabulaire classique et composée de pilastres, d'ouvertures cintrées et de chaînes d'angle. Par ailleurs, l'agrandissement du lieu de culte par la façade témoigne des transformations fréquemment apportées aux églises catholiques pour les adapter aux besoins de la paroisse et les mettre au goût du jour. Pour sa part, le presbytère présente une architecture d'inspiration Second Empire. Ce style, très populaire au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle, se caractérise par le toit brisé ou mansardé et un vocabulaire tiré de l'architecture classique. Le presbytère de Saint-Antoine-de-Padoue s'y rattache par son toit en fausse mansarde percé de lucarnes, sa composition symétrique et son ornementation composée notamment de frontons et de supports évoquant des piliers. Par ailleurs, le couvent constitue un exemple représentatif des bâtiments conventuels érigés en milieu rural au Québec dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et caractérisés par un plan rectangulaire, une composition symétrique, une ornementation d'inspiration classique et la présence d'un campanile sur le faîte du toit.

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère. L'ensemble, par les grandes dimensions des bâtiments qui le composent, la place centrale qu'il occupe dans le noyau villageois et sa localisation à proximité de la rivière Richelieu, constitue un point de repère important. Les aménagements paysagers comprenant notamment des arbres matures mettent en valeur les bâtiments. Le noyau religieux forme ainsi une pièce essentielle du paysage de la localité.

Source : Municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue liés à ses valeurs historique, architecturale et paysagère comprennent, notamment :
- la présence d'une église, d'un presbytère, d'un couvent, d'un cimetière comprenant un charnier ainsi que d'un parc;
- le monument de George-Étienne Cartier, la pierre commémorative des familles Archambault d'Amérique, le Mai des Patriotes et les meules de l'ancien moulin du curé Payet;
- les aménagements paysagers comprenant des arbres matures;
- la situation de l'ensemble au coeur du noyau villageois, à proximité de la rivière Richelieu;
- les caractéristiques de l'église, entre autres son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef rectangulaire, d'un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle et d'un transept ainsi que le toit à deux versants droits, les matériaux, dont la maçonnerie en moellons, la couverture en tôle posée à la canadienne ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois et en pierre de taille lisse, les composantes de la façade à cinq travées, dont la partie centrale à trois niveaux, les tours latérales massives coiffées d'un clocher (surmonté d'un dôme, d'une flèche et d'une croix), le portail central cintré, les portails latéraux à arc surbaissé, les fenêtres cintrées, l'oculus, la corniche, les chaînes d'angle, les ailerons à volutes ainsi que les niches recevant des statues, les composantes des murs longs-pans et du choeur, dont les fenêtres cintrées, les soupiraux, les chaînes d'angle et les clés décoratives;
- la sacristie greffée à l'abside dans le prolongement du choeur et reliée à la nef par un chemin couvert.
- les caractéristiques du presbytère, entre autres son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages, le toit en fausse mansarde ainsi que la galerie couverte longeant trois côtés, les matériaux, dont le parement en pierre, la couverture de tôle en plaques ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont le portail central, les fenêtres rectangulaires et les lucarnes à pignon percées de fenêtres à arc surbaissé, ainsi que l'ornementation, dont la corniche, les chambranles, les appuis, les supports et les souches de cheminées à caissons;
- les caractéristiques du couvent Saint-Joseph, entre autres son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le soubassement dégagé, le toit à deux versants droits, le campanile surmontant le faîte ainsi que le porche central en façade, les matériaux, dont le parement en brique rouge, le soubassement en moellons, la couverture en tôle à baguettes ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à petits carreaux, les portes ainsi que la grande lucarne en appentis, l'ornementation, dont la corniche et les retours d'avant-toit, les chambranles, les appuis et les supports, les souches de cheminées;
- les caractéristiques du cimetière, notamment l'aménagement sur un terrain dégagé au relief peu accusé, à côté de l'église, les monuments funéraires en pierre, d'apparence sobre et disposés en rangées droites, le charnier, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits, la maçonnerie en moellons, la couverture du toit en tôle à baguettes ainsi que la porte en bois.

Haut de la page

Informations historiques

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue est situé sur la rive nord de la rivière Richelieu, sur un territoire faisant d'abord partie de la seigneurie de Contrecoeur, concédée en 1672. En 1750, la paroisse de Saint-Antoine-de-Padoue est officiellement fondée par le démembrement de la paroisse de Sainte-Trinité. Une première église est construite en 1752. Celle-ci ne répondant plus aux besoins de la communauté grandissante, le lieu de culte actuel est construit de 1775 à 1780.

L'église fait l'objet de réparations à plusieurs reprises. Entre 1809 et 1819, la toiture et les clochers sont réparés et les murs sont crépis. Deux autres campagnes de réfection sont réalisées en 1841 et en 1851. En 1878, l'église est rénovée selon les plans de Louis-Zéphirin Gauthier. Un chemin couvert est ajouté, les murs sont crépis, les ouvertures des tours sont modifiées, la façade est rehaussée et deux niches y sont aménagées.

Le presbytère est construit en 1882 pour remplacer la première maison curiale bâtie en 1750. Le couvent Saint-Joseph, maintenant transformé en centre d'accueil, est érigé en 1885, à la place d'une vieille école devenue trop petite. Le couvent est alors dirigé par les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe. Il sera l'objet de deux agrandissements, d'abord en 1932, pour répondre au nombre croissant d'élèves puis, vers 1995, pour les besoins du centre d'hébergement et de soins de longue durée.

En 1913, l'église est partiellement détruite par un incendie, qui emporte notamment les clochers et le décor intérieur. La reconstruction du lieu commence en 1914, selon les plans des modifications de 1878. Les murs de maçonnerie et les fondations sont conservés. Les travaux sont effectués sous la supervision de Louis-Zéphirin Gauthier et de son associé, Joseph-Égide-Césaire Daoust. Des technologies modernes de construction sont introduites. La voûte en béton permet de dégager la nef en supprimant les colonnes. Les travaux de menuiserie sont confiés aux entrepreneurs Paquet et Godbout et la décoration intérieure est réalisée par le peintre Joseph Richer. Les tableaux qui ornent le choeur sont l'oeuvre de Joseph Uberti. L'ensemble des travaux est complété en 1915.

Un charnier est construit dans le cimetière en 1916.

L'église fait régulièrement l'objet de travaux d'entretien et de restauration. Entre autres, le crépi est enlevé vers 1967 et le toit de l'église, de la sacristie et des clochers est réparé et repeint à plusieurs reprises.

Depuis 2001, le presbytère est devenu la maison de la culture Eulalie-Durocher et il loge également la société historique de la municipalité.

Le noyau religieux de Saint-Antoine-de-Padoue est constitué site du patrimoine en 2008. En 2009, d'importants travaux de réfection des murs extérieurs de l'église ont été réalisés. Le site est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • La Vallée-du-Richelieu

Municipalité :

  • Saint-Antoine-sur-Richelieu

Adresse :

  • rue du Rivage

Latitude :

  • 45° 46' 42.1"

Longitude :

  • -73° 10' 19.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Verchères Paroisse de Saint-Antoine Absent 58 ptie
59 ptie
60 ptie
61
66 ptie

Haut de la page

Références

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013