Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Pont couvert de la Frontière

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Pont de Province Hill
  • Pont du Creek

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Potton

Date :

  • 1896 (Construction)
  • 1967 (Déménagement)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Ponts couverts > Town simple)

Carte

Description

Le pont couvert de la Frontière est un pont couvert de type « Town simple » construit en 1896. La structure d'une seule travée mesure environ 31 mètres de long et 5 mètres de large. Elle est composée de fermes constituées de madriers placés en diagonale, formant un large treillis entre les cordes supérieures simples et les cordes inférieures doubles. La charpente est couverte d'un lambris de planches verticales à mi-hauteur et est coiffée d'un toit aigu à deux versants droits en tôle. Le pont couvert de la Frontière permet d'enjamber le ruisseau Mud, en milieu rural, dans le canton de Potton.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Potton) 2008-10-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le pont couvert de la Frontière présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité comme pont couvert. Un pont couvert est une construction en bois munie d'un toit, érigée pour la circulation des personnes ou des véhicules au-dessus d'un obstacle à franchir et dont les fermes constituent les éléments porteurs. Au Québec, entre le début du XIXe siècle et la décennie de 1950, environ 1500 ouvrages de ce genre sont construits. Lieux de passage, ils donnent accès aux terres de colonisation et permettent la mise en marché des produits agricoles. Ils sont donc indissociables de l'histoire du Québec. Le pont couvert de la Frontière, construit en 1896, est l'un des rares ponts couverts du XIXe siècle subsistant sur le territoire québécois.

Le pont couvert de la Frontière présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il témoigne de l'utilisation des fermes de type « Town simple » dans la conception des ponts couverts au XIXe siècle. Ce modèle de ferme est breveté en 1820 par l'architecte américain Ithiel Town (1784-1844). Il est constitué de madriers placés en diagonale, formant un large treillis entre les cordes supérieures et inférieures. Les madriers sont attachés l'un à l'autre à chaque intersection par des chevilles de bois. Solide, léger, facile à construire et économique, ce type de structure devient très populaire aux États-Unis. Il est rapidement diffusé au Québec, notamment en Estrie. Le pont couvert de la Frontière constitue un des derniers exemples québécois d'utilisation de la ferme de type « Town simple ». Ce pont possède en outre plusieurs caractéristiques peu répandues, comme le lambris de planches verticales à mi-hauteur laissant voir la structure en treillis. Celle-ci est très semblable à certains ponts couverts de la Nouvelle-Angleterre. Les portiques à linteau droit et les contreforts triangulaires latéraux le distinguent aussi des autres ponts québécois. Le pont couvert de la Frontière rappelle la forte influence des modèles étasuniens dans la conception des ponts couverts de l'Estrie, au XIXe siècle.

Source : Canton de Potton, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du pont couvert de la Frontière liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au-dessus du ruisseau Mud, sur des éperons rocheux, en milieu rural, à proximité de la frontière canado-étasunienne;
- son volume, dont la travée unique mesurant environ 31 mètres de long et 5 mètres de large, le toit aigu à deux versants droits et les contreforts latéraux triangulaires;
- les caractéristiques de la structure de type « Town simple », dont les fermes constituées de madriers placés en diagonale formant un large treillis, les cordes supérieures simples, les cordes inférieures doubles ainsi que le chevillage en bois;
- la charpente de la toiture, dont les chevrons et les pièces de contreventement;
- les matériaux, dont le parement à mi-hauteur de planches verticales ainsi que la couverture en tôle ondulée;
- les ouvertures, dont les portiques à linteau droit et les larges ouvertures latérales.

Haut de la page

Informations historiques

Le pont couvert de la Frontière est construit en 1896, au-dessus du ruisseau Mud, en milieu rural et à proximité de la frontière canado-étasunienne. La structure s'inspire de la ferme « Town simple », brevetée en 1820 par l'architecte américain Ithiel Town (1784-1844). Elle est constituée de madriers placés en diagonale et forme un large treillis entre les cordes supérieures et inférieures.

Dans les années 1970, le pont bien conservé n'est toutefois plus assez solide pour supporter le poids croissant de la circulation. Il est alors déplacé de quelques mètres et posé sur des éperons rocheux. Une nouvelle structure en béton est construite sur son emplacement d'origine.

Le pont couvert de la Frontière est cité en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Memphrémagog

Municipalité :

  • Potton

Adresse :

  • chemin Bellevue

Localisation informelle :

Pont enjambant le ruisseau Mud à l'intersection des rues Bellevue, Province Hill et chemin du Pont-Couvert.

Latitude :

  • 45° 0' 40.9"

Longitude :

  • -72° 22' 24.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Brome Canton de Potton Absent 634-P
754-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ARBOUR, Gérald, Fernand CARON et Jean LEFRANÇOIS. Les ponts couverts au Québec. Québec, Les Publications du Québec, 2005. 216 p.
  • ARBOUR, Gérald. Les ponts rouges du Québec. Saint-Eustache, Société québécoise des ponts couverts inc., 1993. 82 p.
  • CLUSIAU, Éric. Des toits sur nos rivières: les ponts couverts de l'est du Canada. Montréal, Hurtubise HMH, 2000. 117 p.
  • HARRINGTON, Lyn et Richard HARRINGTON. Covered Bridges of Central and Eastern Canada. Toronto, Montréal, McGraw-Hill Ryerson, 1976. 88 p.
  • THIBAULT, Henri-Paul. Les ponts couverts du Québec : évaluation patrimoniale. Québec, Ministère de la Culture, 1993. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013