Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Îlot religieux de L'Isle-Verte

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ensemble institutionnel de La Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste
  • Secteur de l'îlot paroissial de Saint-Jean-Baptiste de l'Isle-Verte

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • L'Isle-Verte

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (4)

Personnes associées (7)

Voir la liste

Images

Carte

Description

L'îlot religieux de L'Isle-Verte est un ensemble institutionnel de tradition catholique aménagé à partir de 1846. Il comprend une église, une ancienne salle paroissiale, un presbytère, un monument du Sacré-Coeur et un garage. L'église en pierre, érigée entre 1846 et 1855 et modifiée entre 1884 et 1890, comporte une nef rectangulaire terminée par un chevet plat. Elle est prolongée par une sacristie rectangulaire complétée par une abside à pans coupés. La façade est dotée d'une tour-clocher centrale en saillie et est flanquée de pinacles. L'ancienne salle paroissiale, construite vers 1856 et modifiée par la suite, est un bâtiment de plan rectangulaire à deux étages coiffé d'un toit à croupes. Le presbytère, érigé en 1923, est un bâtiment en brique de plan presque carré, à deux étages, et surmonté d'un toit en pavillon. Une annexe de deux étages est construite contre un angle arrière. Les bâtiments sont situés sur des terrains gazonnés au relief peu accusé plantés d'arbres et d'arbustes, au coeur de la municipalité de L'Isle-Verte.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains sur lesquels ils s'élèvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (L'Isle-Verte) 2008-02-11
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'îlot religieux de L'Isle-Verte présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le site témoigne d'une période importante de croissance et d'organisation de la localité. Le territoire de L'Isle-Verte est concédé en seigneurie dès 1653, mais son occupation s'amorce plus concrètement à partir de 1711 lorsque Jean-Baptiste Côté s'installe sur ses terres. Il est le premier seigneur à résider sur le fief. Ce n'est toutefois qu'au cours du XIXe siècle que le village connaît un développement significatif. En 1811, l'entrepreneur Louis Bertrand (1779-1871) s'associe à William Price (1789-1867) dans le commerce du bois et s'installe à L'Isle-Verte pour amorcer l'exploitation forestière. Plusieurs entreprises s'implantent par la suite et la localité devient au cours du XIXe siècle un pôle industriel important. Parallèlement à ce développement industriel et démographique, s'effectue celui du pôle religieux. L'ancien noyau religieux laisse graduellement place à un ensemble plus imposant, dont la première composante est la vaste église construite entre 1846 et 1855. Elle témoigne de la prospérité du village de L'Isle-Verte à cette époque. Un presbytère, troisième des lieux, est élevé vers 1856. Le noyau paroissial est consolidé au cours du premier quart du XXe siècle alors que la localité connaît un certain regain de l'activité industrielle. Une quatrième maison curiale, plus spacieuse, est érigée en 1923. L'ancien presbytère est alors déplacé et transformé en salle paroissiale. L'îlot religieux de L'Isle-Verte rappelle ainsi une période prospère de l'histoire de la localité.

L'îlot religieux de L'Isle-Verte présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les bâtiments témoignent de différentes influences stylistiques marquant l'architecture québécoise de la seconde moitié du XIXe siècle au début du siècle suivant. L'église constitue l'un des exemples les plus anciens d'utilisation des formes néogothiques dans la région du Bas-Saint-Laurent. Les plans initiaux sont attribués à Charles Baillairgé (1826-1906), mais l'église est achevée sous la supervision de François-Xavier Berlinguet (1830-1916). La tour-clocher est ensuite réalisée entre 1884 et 1890 selon les plans de David Ouellet (1844-1915). Le style néogothique préconise un retour à l'architecture médiévale. Il est utilisé par l'Église catholique québécoise pour la construction de ses lieux de culte à partir du milieu du XIXe siècle. L'église de L'Isle-Verte se rattache au néogothique notamment par ses ouvertures à arc brisé, sa flèche élancée ainsi que les pinacles ornant le clocher et les angles de la façade. Le presbytère témoigne de formes répandues dans l'architecture résidentielle du premier quart du XXe siècle, notamment par le plan presque carré du corps principal, l'élévation de deux étages et le toit en pavillon. La maison curiale rappelle aussi la persistance de l'utilisation du vocabulaire classique par ses frontons triangulaires et cintrés, ses colonnes, ses piliers et ses pilastres corniers. Conçu par l'architecte Pierre Lévesque (1880-1955), le bâtiment se démarque des résidences environnantes par ses dimensions et la richesse de son ornementation.

Source : Municipalité de L'Isle-Verte, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'îlot religieux de L'Isle-Verte liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la présence d'une église paroissiale, d'un presbytère, d'un monument du Sacré-Coeur et d'une ancienne salle paroissiale;
- la présence d'aménagements paysagers comportant des arbres, des arbustes et des allées;
- l'implantation de l'ensemble sur un terrain au relief peu accusé au coeur du noyau villageois;
- les caractéristiques de l'église de La-Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste, dont le plan composé d'une nef rectangulaire terminée par un chevet plat, le toit à deux versants surmonté d'un campanile au-dessus du choeur, la maçonnerie en pierre de taille et en pierre équarrie de différentes teintes, la tôle, la couverture en tôle posée à la canadienne, les éléments ornementaux et architecturaux en bois et en pierre de taille, la façade (notamment la tour centrale en saillie surmontée d'un clocher, d'une flèche et d'une croix, les trois portails à arc brisé dotés d'une porte en bois à panneaux et à double vantail, les fenêtres à arc brisé, l'ouverture à trois côtés et à arc brisé, les pinacles, les contreforts en faible saillie, les bandeaux et la corniche) et les murs des longs-pans et du chevet (notamment les fenêtres à arc brisé, les chambranles, les soupiraux, la corniche et la souche de cheminée sur un versant du toit);
- la sacristie greffée au chevet, dont le plan rectangulaire à un étage terminé par une abside à pans coupés, le toit à deux versants droits, la maçonnerie en moellons équarris, la pierre à bossage et la pierre de taille lisse, le parement de planches horizontales, la couverture en tôle (dont une partie posée à la canadienne), les fenêtres à arc brisé, le portail (constitué d'une porte à panneaux surmontée d'un tympan à arc brisé et d'un fronton triangulaire), la lucarne et la souche de cheminée sur le faîte arrière;
- les caractéristiques du presbytère, dont le plan presque carré du corps principal, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon, la galerie couverte à un niveau ceinturant l'édifice sur deux côtés, le balcon, le parement en brique, la couverture en tôle à baguettes, les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les fenêtres rectangulaires (certaines jumelées), les fenêtres inscrites dans un arc surbaissé, la baie en saillie, la grande lucarne à pignon, les portes à vitrage surmontées d'une imposte, la corniche à denticules, les frontons cintrés et triangulaires, les pilastres corniers, les piliers, les colonnes sur un piédestal, les garde-corps menuisés, le bandeau, le mât et les annexes (l'une à deux étages et l'autre à un étage);
- les caractéristiques de l'ancienne salle paroissiale, dont le plan rectangulaire formé d'un corps de bâtiment central complété d'annexes avant et arrière légèrement plus étroites, l'élévation de deux étages, le toit à croupes; la couverture en tôle, la niche cintrée et les souches de cheminées en brique.

Haut de la page

Informations historiques

L'îlot religieux de L'Isle-Verte est situé sur le territoire d'une seigneurie concédée en 1653. L'occupation du territoire s'amorce plus concrètement à partir de 1711 alors que Jean-Baptiste Côté s'installe sur ses terres. Il est le premier seigneur à résider sur les lieux. La croissance significative de la localité s'effectue au cours du XIXe siècle. L'entrepreneur Louis Bertrand (1779-1871) s'associe à William Price (1789-1867) dans le commerce du bois et s'installe à L'Isle-Verte en 1811 pour commencer l'exploitation forestière. Différentes entreprises s'implantent par la suite dans le secteur. La paroisse est érigée canoniquement en 1828 sous le nom de La-Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste. L'archevêque de Québec donne son accord en 1833 pour l'érection d'une nouvelle église de plus grandes dimensions. Il s'agit probablement du quatrième lieu de culte à être érigé sur les lieux. La construction ne débute qu'en 1846 d'après des plans attribués à l'architecte Charles Baillairgé (1826-1906). L'église est achevée en 1855 par François-Xavier Berlinguet (1830-1916). Ce dernier réalise également entre 1856 et 1867 le décor intérieur de l'église avec l'aide de son père Louis-Thomas Berlinguet (1789-1863). Un bâtiment est érigé à proximité du lieu de culte vers 1856. D'abord destiné à être un couvent pour les jeunes filles, sa vocation change en cours de construction. Il devient la troisième maison curiale du village.

L'Isle-Verte devient un pôle industriel d'importance à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et la population de la localité s'accroît. Celle-ci acquiert également le statut de chef-lieu du comté de Témiscouata. Des institutions et des services s'implantent dans le centre du village. Entre 1884 et 1890, des modifications sont effectuées sur le lieu de culte. Le clocher est démoli afin de permettre l'érection d'une tour-clocher centrale d'après les plans de l'architecte David Ouellet (1844-1915). Ce dernier conçoit aussi à ce moment la sacristie adossée au chevet de l'église.

En 1906, la fabrique engage le chanoine Georges Bouillon (1841-1932) pour formuler des propositions pour la modification du décor intérieur de l'église. Celui-ci est refait entre 1914 et 1917 d'après les plans de l'architecte Thomas Raymond (1853-1923). Ce dernier aurait réalisé des plans détaillés d'après les esquisses du chanoine Bouillon.

Un monument du Sacré-Coeur est élevé en 1920, près de l'emplacement du deuxième presbytère. Trois ans plus tard, une quatrième maison curiale est construite. Elle est conçue par l'architecte Pierre Lévesque (1880-1955). Le troisième presbytère est déplacé et transformé en salle paroissiale par l'ajout d'une annexe à chaque extrémité du bâtiment. Une statue de saint Jean-Baptiste occupe une niche de la façade à partir de 1928. L'édifice sert alors aux activités paroissiales, mais le deuxième étage est aussi utilisé comme salle de classe pendant les années 1940. La salle est fermée pendant quelques années avant d'être réouverte par l'accueil Dorémy vers 1969. Au cours des années 1980, le club de l'Âge d'or acquiert le bâtiment. D'autres modifications sont effectuées sur l'édifice, qui est renommé « Pavillon de l'Amitié». L'église de La-Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste est consacrée en 2003.

L'îlot religieux de L'Isle-Verte est constitué site du patrimoine en 2008. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rivière-du-Loup

Municipalité :

  • L'Isle-Verte

Adresse :

  • rue Saint-Jean-Baptiste

Latitude :

  • 48° 0' 53.8"

Longitude :

  • -69° 20' 18.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Témiscouata Paroisse de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Île-Verte Absent 167-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CÔTÉ, Léopold et Odette DIONNE CÔTÉ. L'Isle-Verte au fil des ans. L'Isle-Verte, 2001. 355 p.
  • GAUTHIER, Richard. Étude patrimoniale de l'église La-Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste, L'Isle-Verte, Bas-Saint-Laurent. s.l. 2008. 50 p.
  • GAUTHIER, Richard. Étude patrimoniale de l'église La-Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste, L'Isle-Verte, Bas-Saint-Laurent: Recommandation et Énoncé d'importance et historique. s.l. 2008. 13 p.
  • MICHAUD, Robert. Guide patrimonial de L'Isle-Verte. Trois-Pistoles, Centre d'édition des Basques, 1998. 77 p.
  • s.a. Album souvenir des fêtes du 150e anniversaire d'érection canonique de L'Isle-Verte. L'Isle-Verte, Castelriand, 1978. 192 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013