Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle funéraire Montour-Malhiot

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle funéraire Montour-Mailhot

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1865 – 1870 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles de cimetière et charniers)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La chapelle funéraire Montour-Malhiot est un petit édifice religieux construit de 1865 à 1870. Cette chapelle en pierre présente une nef de plan rectangulaire coiffée d'un toit aigu à deux versants droits. La façade est ornée d'un portail néogothique encadré de deux pinacles. La chapelle funéraire Montour-Malhiot est située dans le cimetière de La Visitation, adjacent à l'église paroissiale, dans le secteur Pointe-du-Lac de la municipalité de Trois-Rivières.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Trois-Rivières) 2007-09-17
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle funéraire Montour-Malhiot présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Nicholas Montour (1756-1808) et Charles-Christophe Malhiot (1808-1874). Ces personnages et leur famille ont activement participé au développement et à la vie politique de la région. Charles-Christophe Malhiot est médecin, seigneur et homme politique, né à Verchères et décédé à Pointe-du-Lac. Il fait l'apprentissage de la médecine auprès de Robert Nelson. En 1835, Malhiot épouse Julie-Éliza Montour, fille de Nicholas Montour, seigneur et homme politique. Le docteur Malhiot s'intéresse à la vie politique et commence sa carrière sur la scène municipale en se faisant élire maire de Pointe-du-Lac en 1859; poste qu'il occupe jusqu'en 1864. Décédé en fonction à Pointe-du-Lac, le 9 novembre 1874, à l'âge de 66 ans, il est inhumé dans le caveau familial, dans le cimetière paroissial, le 13 novembre 1874.

La chapelle funéraire Montour-Malhiot présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative des chapelles de cimetière. Ce type de lieu de culte se trouve parfois dans les cimetières paroissiaux catholiques du Québec. Il prend souvent l'apparence d'une église en miniature. La chapelle de cimetière peut remplir différentes fonctions, dont celles de lieu de recueillement et d'inhumation. Celle du cimetière de la paroisse de La Visitation est caractéristique de ce type de construction. Elle se démarque par la qualité de son architecture, dont certains éléments sont empruntés au style néogothique. De petite dimension, elle se caractérise par sa nef de plan rectangulaire et par son toit aigu à deux versants droits couvert de tôle à la canadienne. Elle compte notamment, en façade, un portail en pierre de taille à arc surbaissé. Le décor comprend aussi des pinacles surmontant, en façade, les doubles contreforts d'angle. Les pinacles sont couronnés d'un amortissement en forme de fleur de lys. On trouve également ces doubles contreforts à l'arrière. Une croix est placée sur le faîte en façade et le mur arrière est percé d'une fenêtre en arc brisé.

Source : Ville de Trois-Rivières, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la chapelle funéraire Montour-Malhiot liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans le cimetière catholique de La Visitation, dans le secteur Pointe-du-Lac de la municipalité de Trois-Rivières;
- l'inscription « Tombeau de la famille Montour-Malhiot » dans le pignon, en façade;
- la présence des sépultures des membres de la famille de Charles-Christophe Malhiot;
- son volume, dont la nef de plan rectangulaire et le toit aigu à deux versants droits;
- la façade, dont un portail en pierre de taille à arc surbaissé, des pinacles couronnés d'un amortissement en forme de fleur de lys surmontant des doubles contreforts d'angle;
- le chevet, dont des doubles contreforts et une fenêtre en arc brisé;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre de taille de la façade, des contreforts et des chambranles de la fenêtre du chevet, la maçonnerie en moellons des élévations latérales et de l'arrière, la couverture en tôle à la canadienne;
- la croix placée sur le faîte en façade.

Haut de la page

Informations historiques

La chapelle funéraire Montour-Malhiot, construite de 1865 à 1870, évoque les familles qui y sont inhumées. Ces familles ont activement participé au développement et à la vie politique de la région. La seigneurie de Pointe-du-Lac est accordée à René Godefroy de Tonnancour (1669-1738), en novembre 1734. Propriété de la famille Godefroy durant plus de 50 ans, elle passe aux mains de Thomas Coffin (1762-1841) en 1786 et est acquise par Nicholas Montour (1756-1808) en 1795. Nicholas Montour est commerçant de fourrures, seigneur et homme politique. Les Montour s'installent à Pointe-du-Lac dans un domaine surnommé Woodlands, où, en 1796, Montour se fait construire un manoir en pierre, un moulin à farine et une scierie. La seigneurie demeure la propriété des descendants de Montour, dont Charles-Christophe Malhiot, jusqu'à la fin du régime seigneurial en 1854.

Médecin né le 11 octobre 1808, Charles-Christophe Malhiot est le fils de François-Xavier-Amable Malhiot, seigneur de Verchères, et de Julie Boucher de La Perrière. En 1835, il épouse Julie-Éliza Montour, fille de Nicholas Montour. Le docteur Malhiot s'intéresse à la vie politique et commence sa carrière sur la scène municipale en occupant le poste de maire de Pointe-du-Lac de 1859 à 1864. Décédé en fonction à Pointe-du-Lac, le 9 novembre 1874, à l'âge de 66 ans, il est inhumé dans la chapelle funéraire, dans le cimetière paroissial, le 13 novembre 1874. Grand propriétaire terrien, Charles-Christophe Malhiot laisse à sa mort une fortune considérable qu'il lègue à ses frères, et fait quelques dons à des communautés religieuses et à la Fabrique de La Visitation.

La chapelle funéraire Montour-Malhiot est citée en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Trois-Rivières

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Adresse :

  • 11900, rue Notre-Dame Ouest

Lieux-dits :

  • Pointe-du-Lac

Latitude :

  • 46° 17' 18.2"

Longitude :

  • -72° 41' 17.9"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 307 496 Ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BÉLAND, François. « Montour, Nicholas ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • CRÊTE-BÉGIN, Louise. « Malhiot, Charles-Christophe ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013