Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Macquet, Gérard

Type :

Personne (Homme)

Date :

  • 1859‑12‑05 – après 1892

Occupation :

  • Ingénieur

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Voir la liste

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Gérard Macquet est né à Bruges, en Belgique, le 5 décembre 1859.

Macquet entre à l'école préparatoire en 1877 et étudie ensuite à l'école spéciale du génie civil, de laquelle il est diplômé en 1881. Immédiatement après la fin de ses études, il intègre le Corps belge des Ponts et Chaussées.

En 1887, le gouvernement d'Honoré Mercier crée la politique des ponts métalliques. Cette politique encourage la construction de ces ponts, moins vulnérables que ceux en bois, afin d'améliorer le réseau routier de la province de Québec et de faciliter le transport des produits agricoles. Le département des Travaux publics recrute alors le jeune ingénieur belge Gérard Macquet, qui est immédiatement nommé directeur de la construction des ponts . Il est aussi engagé pour favoriser l'usage de la langue française dans les projets d'ingénierie.

Une fois en poste, Macquet préconise la construction de ponts en acier doux entièrement rivetés, comme ceux répandus en Europe. Il introduit ainsi deux nouveaux types de charpentes dans le paysage québécois, soit la poutre Schwedler et la poutre parabolique Macquet. Ces structures sont économiques et simples à ériger. Il rompt avec la pratique courante en Amérique du Nord, qui laisse aux entrepreneurs le soin de décider du type de pont. L'ingénieur et son équipe préparent des plans et des devis très détaillés et écartent ainsi les entrepreneurs de la conception des structures. En 1892, aux prises avec une crise économique, l'État met fin au programme et Macquet est libéré de ses fonctions.

De 1887 à 1892, une trentaine de ponts métalliques conçus par Macquet ont été construits sur le territoire québécois. Il reste aujourd'hui six de ces structures, dont les ponts à poutres paraboliques Macquet de Très-Saint-Sacrement (1889), de Saint-Gabriel-de-Valcartier (1892) et d'Hébertville (1892), les ponts à poutres Schwedler de Saint-Raymond (1889) et de Saint-Thomas (1892), et le pont à poutres Pratt de Saint-Eugène (1891).

Pendant son passage dans la province de Québec, Macquet a par ailleurs fait partie du premier conseil d'administration de la Société belge de bienfaisance et de protection pour les immigrants, fondée à Québec en 1890.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DANDOIS, Marie-Christine et Jean LEFRANÇOIS. Les ponts Macquet au Québec : Un héritage à conserver. s.l. 4e Conférence spécialisée en génie des structures de la Société canadienne de génie civil, 2002. 10 p.
  • LEFRANÇOIS, Jean. Les Ponts de Macquet. Des ouvrages de grandes classe pourtant méconnus. s.l. Centre de services de Québec, 2000. 4 p.
  • PASSFIELD, Robert W. « The Turcot Riveted Arch-Truss Bridge ». The Journal of the Society for Industrial Archeology. Vol. 23, no 2 (1997), p. 21-47.
  • VERMEIRRE, André. L'immigration des Belges au Québec. Sillery, Septentrion, 2001. 205 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013