Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Montour, Nicholas

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né aux États-Unis, en 1756, Nicholas Montour est le fils d'Andrew (Henry) Montour, agent des Affaires indiennes et interprète, et de sa deuxième femme, Sarah Ainse, commerçante.

À partir de 1774, Montour oeuvre dans le domaine de la traite des fourrures à titre de commis pour les frères Joseph et Benjamin Frobisher. Il séjourne alors principalement dans le territoire qui correspond aujourd'hui la Saskatchewan. Il devient actionnaire de la Compagnie du Nord-Ouest en 1783.

Montour se retire complètement du commerce des fourrures en 1792 et s'établit à Montréal. Il achète, en 1794, la Compagnie de la distillerie de Montréal. Il investit également dans la propriété immobilière et foncière en faisant notamment l'acquisition des seigneuries de Pointe-du-Lac, Gastineau et Deguire et de terres dans le canton de Wolfestown. En 1799, il s'installe dans la seigneurie de Pointe-du-Lac, près de Trois-Rivières.

Parallèlement à ses activités commerciales, Montour s'intéresse à la politique. Il est député de la circonscription de Saint-Maurice à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada de 1796 à 1800 et il appuie le parti des bureaucrates. Il est aussi juge de paix du district de Trois-Rivières à partir de 1799.

Il est décédé dans la seigneurie de Pointe-du-Lac, le 6 août 1808. Il est inhumé dans le cimetière protestant de Trois-Rivières.

Il avait épousé à Montréal, en 1798, Geneviève Wills, fille de Meredith Wills, marchand, et de Geneviève Dunière.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours [En Ligne]. http://www.assnat.qc.ca/
  • BÉLAND, François. « Montour, Nicholas ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • TESSIER, Albert. « Deux enrichis: Aaron Hart et Nicolas Montour ». Les Cahiers des Dix. No 3 (1938), p. 217-242.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013