Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Mairie de Chambly

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Mairie de Chambly-Bassin

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Chambly

Date :

  • 1912 – 1916 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Hôtels de ville et salles des habitants)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Carte

Description

La mairie de Chambly est un édifice institutionnel d'inspiration néoclassique érigé de 1912 à 1916. Le bâtiment en brique rouge comporte un plan en « T » et une élévation de deux étages. Le volume principal est coiffé d'un toit à quatre versants surmonté d'un campanile, et le versant avant est percé d'une lucarne. Les deux ailes qui forment le plan en « T » sont couvertes d'un toit à deux versants droits. Un portique à colonnes précède l'entrée principale au rez-de-chaussée. La mairie de Chambly est située en bordure d'un petit parc dans la municipalité de Chambly.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Chambly) 2006-12-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La mairie de Chambly présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice d'apparence monumentale utilise des éléments associés à l'architecture néoclassique afin de mettre en relief sa vocation institutionnelle. Ce type d'architecture est fréquemment employé au Québec pour la construction d'édifices publics au XIXe siècle. Le style reprend le vocabulaire classique, dont les colonnes, les pilastres, les frontons et les corniches. Il se caractérise également par une disposition symétrique des façades. L'édifice de la mairie de Chambly, qui sert d'hôtel de ville depuis sa construction, compte une riche ornementation d'inspiration néoclassique comprenant un portique à fronton et corniche soutenu par six colonnes à chapiteaux corinthiens, auquel on accède par une volée de marches. La façade symétrique est divisée en trois parties égales par des pilastres jumelés, et des bas-reliefs sont insérés entre deux bandeaux en pierre à mi-hauteur. La mairie fait également écho à d'autres bâtiments de Chambly situés à proximité en utilisant des matériaux et éléments semblables, dont l'ancien couvent de Chambly. L'architecture de la mairie de Chambly est à la fois monumentale et respectueuse de l'environnement bâti qui l'entoure.

La mairie de Chambly présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur la continuité de sa fonction d'origine. L'édifice est érigé de 1912 à 1916 pour servir d'hôtel de ville à la municipalité de Chambly-Bassin. La ville actuelle de Chambly est alors divisée en deux municipalités distinctes, soit Chambly-Canton et Chambly-Bassin. Après l'abolition du régime seigneurial, l'Acte des municipalités et chemins du Bas-Canada (1855) confère une autonomie administrative aux municipalités de village. Celles-ci construisent peu à peu des édifices de services logeant les bureaux municipaux, le poste de police, le bureau de poste et la salle communautaire. C'est le cas de la mairie de Chambly, qui comporte aussi à l'origine un logement pour l'inspecteur municipal et sa famille. Après la fusion des deux municipalités en 1965, l'hôtel de ville de Chambly-Bassin conserve ses fonctions administratives et devient la mairie de la ville unifiée; c'est encore la vocation de l'édifice aujourd'hui. La mairie de Chambly perpétue sa vocation institutionnelle et publique, et rappelle l'avènement des administrations locales. La mairie de Chambly est aussi située au carrefour de trois voies de communication anciennes et importantes, soit l'avenue Bourgogne, l'avenue De Salaberry et la rue Martel. Cet emplacement forme la place de la Mairie, et le dégagement devant l'édifice tient lieu de parc. L'implantation de la mairie de Chambly s'accorde avec l'importance publique et symbolique de l'hôtel de ville.

Source : Municipalité de Chambly, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la mairie de Chambly liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan en « T » et l'élévation de deux étages, le toit à quatre versants du corps de bâtiment principal, le campanile de plan octogonal à toiture bombée, l'aile droite au toit à deux versants, et l'aile gauche plus courte, et le portique (doté d'un fronton, d'une cornique et de six colonnes à chapiteaux corinthiens);
- les matériaux, dont la maçonnerie en brique rouge, béton du soubassement, des marches du portique, des bandeaux, des appuis et des chapiteaux des pilastres, la couverture en bardeau de bois, le bois des ornements (colonnes, corniches, frontons);
- les ouvertures, dont les trois étroites fenêtres du centre de la façade à l'étage supérieur, la lucarne centrale à pignon et sa fenêtre triptyque, la fenestration régulière et symétrique des façades latérales (baie rectangulaire étroite et haute), la porte d'entrée à double vantail surmontée d'une imposte vitrée;
- l'ornementation, dont les pilastres jumelés à chapiteaux corinthiens, les boiseries de la lucarne et du pignon au-dessus, les deux bandeaux en pierre, les bas-reliefs en pierre sur la façade avant et les motifs en brique en forme de « X » sur les façades latérales insérés entre les bandeaux;
- sa situation au carrefour de trois artères, soit l'avenue Bourgogne, l'avenue De Salaberry et la rue Martel, face à un petit parc.

Haut de la page

Informations historiques

La mairie de Chambly est érigée de 1912 à 1916 pour servir d'hôtel de ville aux 1000 habitants de la municipalité de Chambly-Bassin. La ville de Chambly est à l'époque divisée en deux municipalités distinctes, soit Chambly-Canton et Chambly-Bassin. L'édifice est construit d'après les plans des architectes Alphonse Venne (1875-1934) et Joseph-Albert Karch (1873-1945), dans un style inspiré du néoclassicisme. L'architecture néoclassique est fréquemment employée au Québec dans la construction d'édifices publics au XIXe siècle. Le vocabulaire classique est repris dans les colonnes, les pilastres, les frontons et les corniches. Ce style se caractérise également par une disposition symétrique des façades. Les architectes de la mairie de Chambly utilisent ces éléments afin de mettre en relief la fonction institutionnelle de l'édifice et de lui donner un aspect monumental.

La mairie de Chambly rappelle l'avènement des administrations locales. Après l'abolition du régime seigneurial (1854), l'Acte des municipalités et chemins du Bas-Canada (1855) confère une autonomie administrative aux municipalités de village. Celles-ci construisent peu à peu des édifices de services logeant les bureaux municipaux, le poste de police, le bureau de poste et la salle communautaire. Tel est le cas de la mairie de Chambly, qui comporte aussi à l'origine un logement pour l'inspecteur municipal et sa famille.

Après la fusion des municipalités de Chambly-Bassin et Chambly-Canton en 1965, l'hôtel de ville de Chambly-Bassin conserve ses fonctions administratives et devient la mairie de la ville unifiée. C'est encore aujourd'hui la vocation de l'édifice.

La mairie de Chambly est citée en 2006.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • La Vallée-du-Richelieu

Municipalité :

  • Chambly

Adresse :

  • 1, place de la Mairie

Latitude :

  • 45° 26' 56.5"

Longitude :

  • -73° 17' 29.9"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 043 445 Ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DE CARAFFE, Marc. Les hôtels de ville du Canada : un recueil de textes sur les hôtels de ville construits avant 1930. Ottawa, Environnement Canada, 1987. 358 p.
  • FILLION, Mario. Circuits patrimoniaux dans la seigneurie de Chambly. Chambly, Bureau de tourisme de Chambly, 1992. s.p.
  • LAFLAMME, Bernadette. « La mairie dans les souvenirs ». Les cahiers de la seigneurie de Chambly. No 20 (1995), p. 10-11.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013