Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Monument de Charles-Michel-D'Irumberry-De Salaberry

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Monument de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry
  • Monument de Salaberry
  • Statue de Charles-Michel de Salaberry de Chambly

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Chambly

Date :

  • 1881 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Monuments et lieux commémoratifs)

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Personnes associées (10)

Inventaires associés (2)

Carte

Description

Le monument de Charles-Michel-D'Irumberry-De Salaberry est un monument commémoratif composé d'un socle et d'une statue. Le socle en pierre de taille atteint près de quatre mètres de haut. De style dorique, il est orné d'épigraphes. Il supporte une statue en bronze haute de près de deux mètres. Il s'agit d'une représentation en pied de Charles-Michel-D'Irumberry-De Salaberry. Ce monument, érigé en 1881, se situe dans le parc de la Mairie, dans la municipalité de Chambly.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Chambly) 2007-07-03
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada 1968-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le monument de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son caractère commémoratif. Le monument est érigé à la mémoire de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry (1778-1829). Ce soldat, engagé comme volontaire dans l'infanterie britannique dès l'âge de 14 ans, combat aux Antilles, en Sicile et en Irlande. De retour au Canada en 1810, il est promu au rang de major l'année suivante. Il s'illustre lors de la bataille de la Châteauguay le 26 octobre 1813 contre l'armée américaine. Durant cette bataille, il obtient la victoire avec les Voltigeurs canadiens, un corps d'infanterie qu'il forme à la demande du gouverneur général du Canada, sir George Prévost (1767-1816). Le monument, érigé en 1881, marque le début d'une importante période de commémoration au Québec. L'histoire est alors célébrée par l'érection de monuments commémoratifs dans les espaces publics. Entre 1880 et 1930, environ 150 monuments commémoratifs sont réalisés. Celui de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry est vraisemblablement le premier entièrement conçu et réalisé par des Québécois et érigé grâce à une souscription populaire. Les parcs et les places publiques sont les lieux privilégiés pour l'érection de monuments. Celui de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry est élevé sur un terrain offert en 1881 à la Corporation municipale du village du Bassin de Chambly par Eusèbe-Hyacinthe Fréchette (1801-1889). Ce terrain est maintenant inclus dans le parc de la Mairie.

Le monument de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs artistique et historique reposant sur son association avec Louis-Philippe Hébert (1850-1917). Il est considéré comme le premier statuaire commémoratif canadien et le plus important. Ce sculpteur, formé dans l'atelier de Napoléon Bourassa (1827-1916) de 1873 à 1879, se lance par la suite à son compte. En 1880, il est nommé membre associé de la nouvelle Académie royale des arts du Canada. Le 4 août 1880, Hébert reçoit la commande du monument de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry. Il s'agit de sa première oeuvre commémorative. Il termine le modelage en plâtre de la statue à la fin de 1880. Elle est ensuite coulée en bronze par le fondeur montréalais Louis-Joseph Hérard au mois de mars de l'année suivante. Le militaire est représenté au repos et dégage une image de noblesse et de force. Debout, il est appuyé sur la jambe gauche et se tient la tête droite. Ses mains se croisent sur la poignée d'un sabre dont la pointe repose sur un socle. Il est vêtu de l'uniforme militaire. Son manteau, attaché sur ses épaules, est rejeté en arrière et se replie sur la bouche d'un canon placé à sa droite. La statue est posée sur un imposant socle en pierre de taille de style dorique. L'ornementation du socle a été réalisée d'après les plans des architectes montréalais Victor Roy (1837-1902) et Jean-Roch Poitras. Hébert conçoit au cours des années suivantes plusieurs autres monuments commémoratifs. Il réalise notamment près de la moitié des statues en bronze ornant la façade de l'hôtel du Parlement.

Source : Ville de Chambly, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du monument de Charles-Michel D'Irumberry de Salaberry liés à ses valeurs historique et artistique comprennent, notamment :
- sa situation dans un parc public;
- les caractéristiques du socle, entre autres son volume, dont la hauteur de près de quatre mètres, ses matériaux, dont la pierre de taille, les inscriptions gravées dans la pierre sur chacune des parois, soit : « LA PATRIE de SALABERRY LE HEROS de CHATEAUGUAY 26 OCTOBRE 1813 », « INAUGURE LE 7 JUIN 1881 Dr M.D.S. MARTEL PRESIDENT J.O. DION SEC. et Promoteur », « Christler's Farm » et « Lacolle », ainsi que la présence d'un tuyau en grès contenant des documents d'époque;
- les caractéristiques de la statue, entre autres son volume, dont la hauteur de près de deux mètres, ses matériaux, dont le bronze, l'inscription sur le socle, soit « L.P. HEBERT SCULPTEUR », la représentation en pied, la position debout, appuyé sur la jambe gauche, la tête droite et les mains croisées sur la poignée d'un sabre dont la pointe repose sur le socle, ainsi que l'uniforme militaire, dont le manteau attaché sur les épaules, rejeté vers l'arrière et replié sur la bouche du canon placé à droite.

Haut de la page

Informations historiques

Le monument commémore Charles-Michel D'Irumberry-De Salaberry (1778-1829), un soldat engagé comme volontaire dans l'infanterie britannique dès l'âge de 14 ans. Après avoir combattu aux Antilles, en Sicile et en Irlande, il revient au Canada en 1810, s'installe à Chambly et obtient le grade de major l'année suivante. À la demande du gouverneur général du Canada, sir George Prévost (1767-1816), qui pressent une attaque imminente, il forme les Voltigeurs canadiens, un corps d'infanterie légère. Avec ses hommes, il remporte la bataille de la Châteauguay, le 26 octobre 1813, contre l'armée américaine. Il est décoré de la médaille commémorative de la bataille de la Châteauguay en 1816, fait Compagnon de l'Ordre du Bain en 1817 et nommé au Conseil législatif le 14 décembre 1818. Devenu juge de paix, il décède en fonction à Chambly, le 27 février 1829. Sa dépouille est inhumée sous l'église Saint-Joseph à Chambly.

Le journaliste et premier conservateur du fort Chambly, Joseph-Octave Dion (1838-1916), souhaite l'érection d'un monument à la mémoire du militaire en 1879. Il veut ainsi souligner le cinquantième anniversaire de sa mort. Un comité organisateur lance la première campagne de souscription canadienne. Il est formé notamment de Dion à titre de secrétaire général et du député provincial et maire de la municipalité de Chambly-Bassin, le docteur Michel-Dosithée-Stanislas Martel (1838-1908), à titre de président.

Le 4 août 1880, la réalisation du monument est confiée au sculpteur Louis-Philippe Hébert (1850-1917). Celui-ci ouvre son atelier après avoir été formé par Napoléon Bourassa (1827-1916) de 1873 à 1879. Il est nommé membre associé de la nouvelle Académie royale des arts du Canada en 1880. Le monument de Charles-Michel D'Irumberry-De Salaberry constitue sa première commande d'une oeuvre commémorative. Hébert représente le militaire au repos en lui conférant une image de noblesse et de force. Debout, l'homme est appuyé sur la jambe gauche et se tient la tête droite. Ses mains se croisent sur la poignée d'un sabre dont la pointe repose sur un socle. Il est vêtu de l'uniforme militaire. Son manteau, attaché sur ses épaules, est rejeté en arrière et replié sur la bouche du canon placé à sa droite.

La statue, modelée en plâtre, est complétée à la fin de 1880. Elle est coulée en bronze par le fondeur montréalais Louis-Joseph Hérard, en mars 1881. Aussitôt achevée, elle est exposée dans la vitrine du meublier L. J. Lamontagne, rue Notre-Dame à Montréal. Cette exposition provoque un débat quant à l'emplacement futur du monument. Plusieurs personnalités réclament son installation à Montréal. Parmi ceux-ci figurent Charles-Auguste-Maximilien Globensky (1830-1906), écrivain, homme de science et ancien député conservateur de Deux-Montagnes à la Chambre des communes. À la suite à cette controverse, l'oeuvre d'Hébert est rapatriée à Chambly le 20 avril.

L'exécution du socle du monument est confiée à l'entrepreneur Goyette. Son ornementation est réalisée d'après les plans des architectes montréalais Victor Roy (1837-1902) et Jean-Roch Poitras. À l'intérieur du socle, Dion fait insérer plus d'une centaine de documents relatifs au monument : lettres, imprimés, manuscrits et articles de journaux.

Le monument est élevé sur un terrain offert en 1881 à la Corporation municipale du village du Bassin de Chambly par Eusèbe-Hyacinthe Fréchette (1801-1889). Celui-ci est contigu au terrain déjà offert par Fréchette pour l'aménagement d'un parc public portant son nom (l'actuel parc de la Mairie). Le monument est dévoilé le 7 juin 1881. La cérémonie d'inauguration est présidée par le gouverneur général du Canada, le marquis de Lorne (John George Edward Henry Douglas Sutherland Campbell, 1845-1914). Plusieurs dignitaires assistent à l'événement, dont certains ministres, ainsi qu'une foule nombreuse.

Le monument de Charles-Michel D'Irumberry-De Salaberry est cité en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • La Vallée-du-Richelieu

Municipalité :

  • Chambly

Localisation informelle :

Parc de la Mairie
Face au 1, place de la Mairie

Latitude :

  • 45° 26' 56.0"

Longitude :

  • -73° 17' 28.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 043 044

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • AUCLAIRE, Armand. « Les Irumberry de Salaberry ». Les cahiers de la seigneurie de Chambly. Vol. 3, no 2 (1981), p. 2-14.
  • DROUIN, Daniel, dir. Louis-Philippe Hébert. Québec/Montréal, Musée du Québec/Musée des beaux-arts de Montréal, 2001. 413 p.
  • GUITARD, Michelle. « Irumberry de Salaberry, Charles-Michel d' ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • LACASSE, Yves. « Hébert, Louis-Philippe ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • LAFLAMME, Bernadette. « Le monument Salaberry à Chambly ». Les cahiers de la seigneurie de Chambly. Vol. 3, no 1 (1981), p. 34-40.
  • ROY, Pierre-Georges. Les monuments commémoratifs de la province de Québec (tome II). Québec, Louis A. Proulx, 1923. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013