Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Archambault

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Morrissette
  • Maison Vézina

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Date :

  • avant 1827 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Archambault est une habitation rurale d'inspiration française construite probablement au début du XIXe siècle. La résidence en pierre, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants retroussés. Une galerie protégée par le larmier débordant est aménagée en façade. La maison Archambault est située en bordure de la route, à proximité de la rivière de l'Achigan, dans la municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Roch-de-l'Achigan) 2003-04-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Archambault présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale reposant sur sa représentativité par rapport à la maison rurale d'inspiration française. Cette architecture résulte du savoir-faire et de modèles français qui ont été progressivement adaptés aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et à certaines influences stylistiques. Cette tradition architecturale se poursuit au-delà de la Conquête (1760). La maison Archambault est construite au début du XIXe siècle. Elle illustre ce type d'architecture par son rez-de-chaussée faiblement dégagé du sol, son corps de logis massif en maçonnerie de pierres, son haut toit à deux versants, ses souches de cheminées disposées aux extrémités de la toiture ainsi que par ses ouvertures distribuées de manière asymétrique. Quant aux avant-toits retroussés et à la galerie aménagée en façade, ils résultent de nouvelles influences stylistiques apparues au contact des Britanniques au XIXe siècle, notamment le mouvement pittoresque. La maison Archambault illustre, par ses éléments, l'évolution architecturale de la maison rurale d'inspiration française.

Source : Saint-Roch-de-l'Achigan, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Archambault liés à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le faible dégagement par rapport au niveau du sol, le plan rectangulaire à un étage et demi ainsi que le haut toit à deux versants aux avant-toits retroussés;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre et la couverture en tôle pincée;
- la galerie aménagée en façade;
- la distribution asymétrique des ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à grands carreaux, la porte d'entrée principale vitrée à panneaux et surmontée d'une imposte, les portes secondaires rectangulaires vitrées, les chambranles en bois moulurés ainsi que les contrevents à panneaux;
- les souches de cheminées en pierre disposées à chaque extrémité du toit.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Archambault est construite sur une terre concédée en 1763 à Antoine Goguet fils. Cette terre est vendue à la famille Ratelle qui en demeure propriétaire jusqu'en 1789. Elle est ensuite cédée au négociant Étienne Fournier. Celui-ci la vend en 1790 à Pierre-Jacques Archambault (mort en 1824), le premier marguiller de Saint-Roch. Le 16 janvier 1799, ce dernier lègue sa propriété à son fils Louis Archambault (mort en 1841) à l'occasion de son mariage avec Charlotte Chapus.

La maison Archambault est probablement construite au début du XIXe siècle, sur la terre appartenant alors à Louis Archambault. En 1827, le marchand François Archambault le poursuit devant les tribunaux. Il lui réclame le remboursement d'une somme d'argent prêtée. Les documents judiciaires concernant cette cause décrivent la propriété de Louis Archambault. Elle comprend alors une maison en pierre, une boulangerie, une grange, une étable et d'autres bâtiments. En 1829, à la suite de leurs problèmes financiers, Archambault et son épouse consolident leur dette. Ils cèdent alors l'ensemble de leurs biens, incluant leur résidence, au marchand François Archambault.

La maison est par la suite louée à des fermiers. Le cultivateur Louis Beaudry l'achète en 1839. Elle demeure la propriété de la famille Beaudry jusqu'en 1872. Au cours des années suivantes, plusieurs propriétaires s'y succèdent. Cette maison est habitée, entre autres, par la famille Forest et la famille Vézina.

La maison Archambault est citée en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Montcalm

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Adresse :

  • 1520, rang de la Rivière Nord

Latitude :

  • 45° 51' 21.6"

Longitude :

  • -73° 36' 19.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
L'Assomption Paroisse de Saint-Roch-de-l'Achigan Absent 378

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GAUTHIER, Daniel, dir. et Associés. Étude sectorielle, analyse du patrimoine bâti et du paysage naturel. MRC de Montcalm, 1996. 98 p.
  • HUGUET-LATOUR, L.A. et Pierre POULIN. Histoire de Saint-Roch de l'Achigan (1787-1867). Joliette, Québec, Édition privée, 1984. s.p.
  • LEMAY, Roger. Écho du bicentenaire: 1787-1987 et Histoire de St-Roch-de-l'Achigan d'après la chaîne des titres des maisons. s.l. s.n., 1991. s.p.
  • LEMAY, Roger. Saint-Roch-de-L'Achigan: 200 ans de souvenirs, 1787-1987. s.l. s.n., 1987. 423 p.
  • THUOT, Jean-René. Parcours de bâtisseurs à Saint-Roch-de-l'Achigan. Les lieux de mémoire revisités. Montréal, Société de recherche historique archiv-histo, 2006. 416 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013