Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Presbytère

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Date :

  • 1905 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Images

Carte

Description

Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan est une maison curiale construite en 1905. Cette résidence à caractère religieux présente un plan carré et une élévation de deux étages et demi coiffée d'un toit en pavillon tronqué percé de lucarnes. Une saillie à pans coupés complète la partie latérale droite de la façade et une galerie ceinture l'édifice. Une annexe rectangulaire à deux étages et à toit plat est adossée à un angle arrière du corps principal. Une deuxième annexe à un étage et coiffée d'un toit à deux versants relie la maison curiale au lieu de culte, du côté est. Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan s'élève légèrement en retrait d'une artère importante, sur un terrain paysager, face à la rivière de l'Achigan. Il se trouve à proximité de l'église paroissiale et de son cimetière, au coeur d'un secteur ancien de la municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Roch-de-l'Achigan) 2003-04-07
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construit en 1905, le bâtiment est la troisième maison curiale élevée dans la municipalité. Un premier presbytère, qui sert également de lieu de culte, est construit dès 1786 sur le domaine de Paul-Roch de Saint-Ours (1747-1814), seigneur de L'Assomption. L'étage supérieur est destiné à la chapelle, jusqu'à la construction de l'église en 1803; le rez-de-chaussée loge les appartements du curé ainsi qu'une salle publique. C'est la construction de ce bâtiment qui amène véritablement le développement de la seigneurie, avant même l'aménagement du domaine seigneurial et la fondation de la paroisse, en 1787. En 1838, un deuxième presbytère est construit tout juste derrière l'ancien, démoli au même moment. Ainsi, le nouveau est aligné avec l'église. Puis, en 1905, un troisième, dont les plans sont conçus vraisemblablement par l'architecte Ludger Venne, remplace le précédent, devenu désuet. Il s'élève sur le même emplacement, à côté de l'église paroissiale. Celle-ci, détruite par un incendie en 1958, est remplacée aussitôt par un nouveau bâtiment. Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan et l'ancienneté de l'occupation de cet emplacement témoignent de l'histoire de cette municipalité dont les origines sont intimement liées à la création du noyau paroissial.

Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est représentatif d'un type d'architecture résidentielle très répandu dans la première moitié du XXe siècle, soit la maison cubique. Communément appelé « Four Square House », ce type architectural arrive des États-Unis. Il devient très populaire dans toute l'Amérique du Nord en raison de son volume simple et spacieux. La maison cubique se fait connaître au moment où l'architecture domestique s'industrialise. Son apparition coïncide avec l'arrivée sur le marché de matériaux et d'éléments préfabriqués offerts par catalogue. Le modèle, polyvalent, est aussi adopté par certains architectes. Le presbytère se rattache à ce style notamment par son plan carré, son élévation de deux étages et demi, son toit en pavillon tronqué percé de lucarnes ainsi que sa galerie couverte qui ceinture l'édifice. Par ailleurs, l'utilisation de la pierre équarrie ou à bossage ainsi que la qualité de l'ornementation du bâtiment contribuent à lui donner une apparence prestigieuse digne de sa fonction. En effet, la maison curiale constitue souvent, avec l'église, l'un des bâtiments centraux des villages québécois jusqu'aux premières décennies du XXe siècle. Elle affiche souvent une architecture élaborée afin de marquer le rôle important du curé dans la société traditionnelle québécoise.

Source : Municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa localisation sur un terrain paysager, légèrement en retrait de la rue principale, en face de la rivière de l'Achigan;
- sa situation au coeur du noyau paroissial constitué de l'église et du cimetière, et à proximité du couvent, dans un secteur ancien;
- son volume, dont le corps de logis principal de plan carré, l'élévation de deux étages et demi, les fondations dégagées, le toit en pavillon tronqué ainsi que la saillie à pans coupés en façade;
- les matériaux, dont le parement en pierre à bossage et en pierre équarrie, la couverture en plaque de tôle, la couverture des avant-toits en tôle à baguettes, les éléments décoratifs en pierre de taille et les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires (à battants à grands carreaux ou à guillotine) surmontées d'une imposte vitrée, les portes à vitrage encadrées de baies latérales et surmontées d'une imposte vitrée, les lucarnes à fronton, les lucarnes cintrées ainsi que l'oeil-de-boeuf;
- l'ornementation élaborée, dont les corniches, les frontons, les chaînes d'angle, les colonnes à chapiteaux sur base carrée en pierre et les chambranles;
- la galerie couverte ceinturant l'édifice ainsi que ses escaliers;
- l'annexe latérale ouest, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, les fondations dégagées, le toit plat, le parement en pierre à bossage et en pierre équarrie, les ouvertures rectangulaires à battants à grands carreaux (certaines surmontées d'une imposte), les portes à vitrages surmontées d'une imposte, la galerie couverte et ses escaliers en pierre, les colonnes à chapiteaux sur base carrée en pierre, les chaînes d'angle, les chambranles et le parapet;
- l'annexe latérale est, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à deux versants droits doté d'une croupe sur l'un des côtés, le parement en pierre à bossage et les ouvertures de dimensions diverses.

Haut de la page

Informations historiques

Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan est construit au coeur du noyau villageois de Saint-Roch-de-l'Achigan. Un premier presbytère, qui sert également de lieu de culte, s'élève dès 1786 sur le domaine de Paul-Roch de Saint-Ours (1747-1814), seigneur de L'Assomption. L'étage supérieur est destiné à la chapelle; le rez-de-chaussée loge les appartements du curé ainsi qu'une salle publique. C'est la construction de ce bâtiment qui amène véritablement le développement de la seigneurie, avant même l'aménagement du domaine seigneurial et la fondation de la paroisse en 1787. La première église paroissiale est érigée en 1803, à côté du presbytère.

En 1838, un deuxième presbytère est construit tout juste derrière, en ligne avec l'église; l'ancien est démoli au même moment. Puis, en 1905, le bâtiment actuel, dont les plans sont vraisemblablement conçus par l'architecte Ludger Venne, remplace le précédent, devenu désuet. Il est situé sur le même emplacement.

L'église paroissiale est détruite par un incendie en 1958. Elle est aussitôt remplacée par un nouveau lieu de culte. C'est à cette époque qu'est construite l'annexe latérale est reliant la maison curiale à l'église.

Le vieux presbytère de Saint-Roch-de-l'Achigan est cité en 2003. Il est acquis par la municipalité en 2008 et abrite divers organismes sociocommunautaires.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Montcalm

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Adresse :

  • 1188, rue Principale

Latitude :

  • 45° 51' 20.6"

Longitude :

  • -73° 35' 31.2"

Désignation cadastrale :

  • Lot 4 268 713

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LEMAY, Roger. Écho du bicentenaire: 1787-1987 et Histoire de St-Roch-de-l'Achigan d'après la chaîne des titres des maisons. s.l. s.n., 1991. s.p.
  • LEMAY, Roger. Saint-Roch-de-L'Achigan: 200 ans de souvenirs, 1787-1987. s.l. s.n., 1987. 423 p.
  • THUOT, Jean-René. Parcours de bâtisseurs à Saint-Roch-de-l'Achigan. Les lieux de mémoire revisités. Montréal, Société de recherche historique archiv-histo, 2006. 416 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013