Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Anaclet-de-Lessard

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-Anaclet-de-Lessard

Date :

  • 1857 – 1858 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Carte

Description

L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard est un lieu de culte de tradition catholique érigé en 1857 et 1858 et agrandi de façon importante en 1911 et 1912. D'architecture éclectique, l'église en brique rouge présente un plan très articulé dont une large façade en saillie, une nef rectangulaire, un transept étroit et peu saillant et se termine par un choeur plus étroit à chevet plat. Une sacristie en brique rouge est implantée dans le prolongement du choeur, et elle adopte un plan en croix latine. La façade de l'église se distingue par sa tour centrale demi-hors-oeuvre et son fronton interrompu par la tour. L'église est située en bordure de la rue principale du noyau villageois de la municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Anaclet-de-Lessard) 2007-05-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Érigée en 1857 et 1858, elle est agrandie de façon importante en 1911 et 1912. L'église témoigne d'une pratique courante au tournant du XXe siècle, soit l'agrandissement de lieux de culte existants, en raison principalement de l'augmentation de la population. L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard connaît une augmentation majeure de son volume d'origine par l'ajout d'une nouvelle façade en saillie sur la nef, l'addition d'un léger transept et la prolongation de la sacristie. Ces transformations se font sous l'influence de l'architecture éclectique aussi associée au tournant du XXe siècle. Les églises relevant de cette influence se démarquent par leur monumentalité, leur architecture élaborée et leurs techniques de construction souvent nouvelles. Le courant éclectique permet la conception d'édifices nouveaux à partir d'une réinterprétation libre des styles du passé. Ainsi, les travaux de l'église de Saint-Anaclet-de-Lessard témoignent de l'éclectisme par les emprunts à diverses influences stylistiques et sa façade très animée obtenue grâce aux jeux de reliefs et de polychromie de la brique. L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard est un exemple d'architecture éclectique du tournant du XXe siècle.

L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec l'architecte David Ouellet (1844-1915). Ce dernier est responsable des travaux d'agrandissement de l'église de Saint-Anaclet-de-Lessard. Formé à Québec par l'architecte-sculpteur François-Xavier Berlinguet (1830-1916), Ouellet consacre sa carrière à l'architecture religieuse et oeuvre principalement dans l'est du Québec. L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard s'inscrit dans ses nombreuses réalisations au Bas-Saint-Laurent, dont l'église de Notre-Dame-de-Liesse (1877-1880) de Rivière-Ouelle, l'église de Notre-Dame-des-Neiges (1882-1887) de Trois-Pistoles, une oeuvre phare et très éclectique dans la production de David Ouellet et la nouvelle façade de l'église de Sainte-Luce (1914).

L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de l'établissement de la communauté de Saint-Anaclet-de-Lessard et de son évolution. Concédée en 1696, à Pierre Lessard, la seigneurie n'est guère occupée avant 1810. Les premiers habitants qui s'y installent sont disséminés sur le territoire. En raison de leur éloignement des centres de peuplement voisins, soit Sainte-Luce et Saint-Germain, ils réclament la création d'une paroisse distincte. Dès 1854, quelques familles signent une convention s'engageant à construire à leurs frais une église et un presbytère. Les autorités religieuses établissent une mission en 1857 et promulguent l'érection canonique de la paroisse en 1858, sous le vocable de Saint-Anaclet. L'église actuelle est mise en chantier, tout comme le presbytère qui est aménagé à partir d'une maison existante. Ces édifices religieux sont épargnés par l'incendie de 1945 qui détruit une partie du village. L'église est un témoin privilégié de l'histoire de Saint-Anaclet-de-Lessard.

Source : Municipalité de Sainte-Anaclet-de-Lessard, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Anaclet-de-Lessard liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rue principale sur un terrain plat comprenant des arbres matures;
- son orientation est-ouest, le choeur orienté vers l'est;
- sa marge de recul avant et latérale par rapport à la voie publique;
- sa localisation dans un ensemble institutionnel comprenant notamment un presbytère, également cité immeuble patrimonial;
- son volume très articulé, dont la façade très large (profonde et en saillie sur la nef), la nef de plan rectangulaire, le transept étroit et peu saillant, le choeur plus étroit et à chevet plat, le toit à deux versants à pente douce, le petit chemin couvert reliant le transept à la sacristie de chaque côté;
- la façade de l'église, dont la tour centrale demi-hors-oeuvre surmontée d'un clocher, le large fronton interrompu par la tour, les ouvertures organisées en trois travées;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre du soubassement, la brique rouge pour les élévations et la brique jaune pour les angles et détails architecturaux, la couverture en tôle à la canadienne, la couverture en tôle à baguettes du chemin couvert, la tôle du clocher, la brique de la cheminée de la sacristie;
- ses ouvertures, dont le portail central de la façade doté d'une porte en bois à double vantail surmonté d'une imposte cintrée en éventail, les fenêtres cintrées étroites et hautes de la façade et des longs pans, les oculus des extrémités de la façade et du transept, les fenêtres à arcature du sommet de la tour;
- son ornementation, dont les chaînes d'angle, les bandeaux, les corniches, les arcs cintrés des ouvertures avec ou sans clef de voûte, les retours de corniche des extrémités de la façade et du transept, les inscriptions sur la façade « St. Anaclet » et « 1912 »;
- le clocher, dont les pinacles posés aux angles de la tour et entre les frontons, la chambre des cloches ouverte (ornée de colonnes avec socles, entablements et frontons) surmontée d'un dôme et d'une petite lanterne dominée d'une croix;
- la sacristie en brique rouge implantée dans le prolongement du choeur et de plan en croix latine.

Haut de la page

Informations historiques

La municipalité de Saint-Anaclet-de Lessard s'est développée sur un territoire formé de collines en paliers. Concédé au seigneur Pierre Lessard en 1696, ce territoire n'est guère occupé avant 1810. Les premiers habitants qui s'y installent sont disséminés sur le territoire. En raison de leur éloignement des centres de peuplement voisins, soit Sainte-Luce et Saint-Germain, ils réclament la création d'une paroisse distincte. Dès 1854, quelques familles signent une convention s'engageant à construire à leurs frais une église et un presbytère. Les autorités religieuses établissent une mission en 1857 et promulguent l'érection canonique de la paroisse le 10 mars 1858, sous le vocable de Saint-Anaclet. Dès lors, l'église actuelle est mise en chantier tout comme le presbytère, qui est aménagé à partir d'une maison existante. Ces édifices religieux sont épargnés par l'incendie du 7 août 1945, qui détruit une partie du village. Ainsi, l'église demeure un témoin privilégié de l'histoire de Saint-Anaclet-de-Lessard.

Érigée en 1857 et 1858, par l'entrepreneur Pierre Bélanger et Fils, l'église de Saint-Anaclet-de-Lessard est agrandie de façon importante en 1911 et 1912. Les travaux portent sur l'ajout à son volume d'origine d'une nouvelle façade en saillie sur la nef, l'addition d'un léger transept et la prolongation de la sacristie. Ces transformations se font sous l'influence de l'architecture éclectique très en vogue au tournant du XXe siècle, notamment en ce qui a trait aux emprunts à diverses influences stylistiques et à la façade très animée obtenue grâce aux jeux de reliefs et de polychromie de la brique. L'architecte David Ouellet (1844-1915) en est le concepteur. Ce dernier procède dès 1885 à divers travaux, dont l'installation d'un parement en brique rouge sur l'église et sans doute sur le presbytère.

L'architecte David Ouellet consacre sa carrière à l'architecture religieuse et oeuvre principalement dans l'est du Québec. L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard s'inscrit dans ses nombreuses réalisations au Bas-Saint-Laurent, dont l'église de Notre-Dame-de-Liesse (1877-1880) de Rivière-Ouelle, l'église de Notre-Dame-des-Neiges (1882-1887) de Trois-Pistoles, une oeuvre phare et très éclectique dans la production de David Ouellet et la nouvelle façade de l'église de Sainte-Luce (1914).

L'église de Saint-Anaclet-de-Lessard est citée en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rimouski-Neigette

Municipalité :

  • Saint-Anaclet-de-Lessard

Adresse :

  • rue Principale Est

Latitude :

  • 48° 28' 38.2"

Longitude :

  • -68° 25' 21.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Rimouski Paroisse de Saint-Anaclet Absent 47-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Comité d'histoire des Fêtes du 125e anniversaire de Saint-Anaclet. Saint-Anaclet, un monde à découvrir,1859-1984. Saint-Anaclet-de-Lessard, 1984. 205 p.
  • DUFRESNE, Danielle, dir. Reflets d'une région : Rimouski-Neigette. Sillery, Septentrion, 2007. 174 p.
  • MORISSET, Lucie K. « Ouellet, David ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013