Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Narcisse-de-Beaurivage

Date :

  • 1879 – 1880 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Personnes associées (7)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est un lieu de culte de tradition catholique érigé en 1879 et 1880. Elle se compose d'une nef de plan rectangulaire à trois vaisseaux prolongée par un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle. L'édifice est coiffé d'un toit à deux versants droits. La façade d'inspiration néoclassique, construite en 1913, est dominée par une tour centrale peu saillante surmontée d'un clocher. Une sacristie est implantée dans le prolongement de l'abside. Un chemin couvert permet d'accéder au choeur à partir de la sacristie. L'église est implantée sur un vaste terrain, au milieu du noyau villageois de Saint-Narcisse-de-Beaurivage.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Narcisse-de-Beaurivage) 2006-06-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle est un témoin important du développement de la municipalité de Saint-Narcisse-de-Beaurivage. Le peuplement de ce territoire commence dès 1830, facilité par l'ouverture de la route Craig aménagée en 1810. À cette époque, ce territoire est compris dans les limites de la paroisse de Saint-Gilles. L'éloignement de l'église justifie la création de la paroisse de Saint-Narcisse-de-Beaurivage en 1872. Un premier presbytère en bois abritant une chapelle est construit en 1873 et détruit par le feu en 1879. Les habitants de Saint-Narcisse érigent l'actuel lieu de culte. Les travaux commencent en 1879 et se terminent en 1880. Autant par sa présence physique que par son symbolisme, cette église paroissiale devient alors le bâtiment le plus important de la collectivité.

L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est érigé selon les plans de l'architecte Siroy Lafleur par les entrepreneurs Jacques Fradet et François Gosselin. L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est représentative des petites églises paroissiales construites durant le dernier quart du XIXe siècle. Celles-ci s'inscrivent dans la continuité de la tradition existante et sont d'une grande sobriété. L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est caractéristique de ce type par sa nef de plan rectangulaire sans transept, son abside en hémicycle et sa couverture à deux versants droits en tôle. Le lieu de culte est utilisable dès l'automne 1880, avec sa fausse voûte en arc surbaissé, ses lambris et ses bancs. La réalisation du décor intérieur est entreprise en 1890, par le sculpteur François Dion et l'entrepreneur Jacques Fradet. Des modifications importantes sont effectuées en 1913 selon les plans des architectes Pierre Lévesque (1880-1955) et David Ouellet (1844-1915), exécutées par l'entrepreneur Jean Larochelle. Elles consistent principalement à allonger d'environ neuf mètres l'église par l'avant et à reconstruire une nouvelle façade d'inspiration néoclassique. Le lieu de culte acquiert alors son apparence actuelle.

Source : Municipalité de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage liés à son intérêt historique et architectural comprennent, notamment :
- l'inscription « 1872 » gravée en façade;
- son volume, dont la nef de plan rectangulaire à trois vaisseaux, le choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle, le toit à deux versants droits;
- la façade, dont la tour centrale peu saillante surmontée d'un clocher (chambre des cloches de plan carré surmonté d'une flèche terminée par une croix), les ouvertures ordonnées (portail central formé d'une porte à double vantail surmontée d'une imposte cintrée et flanquée de deux portes latérales, la baie centrale à arc surbaissé et l'oculus disposés au-dessus du portail, les fenêtres latérales cintrées de part et d'autre de la tour), la corniche, le bandeau en façade interrompu par la baie centrale;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre, la couverture en tôle à la canadienne ainsi que le revêtement en tôle du clocher et des murs, le bois des ouvertures;
- la sacristie, dont sa situation dans le prolongement du choeur, le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à deux versants retroussés (la couverture en tôle à la canadienne) ainsi que la corniche formant des frontons-pignons;
- les ouvertures, dont les fenêtres cintrées des longs pans;
- l'ornementation, dont le jeu de relief procuré par la façade légèrement en saillie, les deux urnes qui décorent la partie basse de la façade, les deux frontons triangulaires latéraux soulignés d'une corniche et ornés de croix en bas-relief, la frise à arcatures, les bandeaux et les pilastres en façade;
- la situation au coeur du noyau villageois de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, le long de l'axe principal de la municipalité.

Haut de la page

Informations historiques

Située dans le noyau villageois de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, l'église est l'un des bâtiments les plus importants de la collectivité.

Le peuplement de Saint-Narcisse-de-Beaurivage commence en 1830, facilité par l'ouverture de la route Craig aménagée en 1810. À cette époque, ce territoire fait partie des limites de Saint-Gilles. L'éloignement de l'église justifie la création de la paroisse de Saint-Narcisse-de-Beaurivage en 1872. Un premier presbytère en bois incluant une chapelle est construit en 1873 et détruit par le feu en 1879. Les paroissiens s'engagent alors à bâtir l'actuel lieu de culte.

L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est érigée en 1879 et 1880, selon les plans de l'architecte Siroy Lafleur par les entrepreneurs Jacques Fradet et François Gosselin. Elle possède un clocher en façade, situé au sommet du pignon. Une sacristie est implantée dans le prolongement de l'abside. Un chemin couvert permet d'accéder au choeur à partir de la sacristie. L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est représentative des petites églises paroissiales construites durant le dernier quart du XIXe siècle. Elle en est caractéristique par sa nef de plan rectangulaire sans transept, son abside en hémicycle et sa couverture à deux versants droits en tôle.

La réalisation du décor intérieur est entreprise en 1890, par le sculpteur François Dion et l'entrepreneur Jacques Fradet.

L'église acquiert son apparence actuelle après les travaux de 1913. Ils sont réalisés selon les plans des architectes Pierre Lévesque (1880-1955) et David Ouellet (1844-1915) par l'entrepreneur Jean Larochelle. Ces travaux consistent à allonger la nef d'environ neuf mètres par l'avant et à la doter d'une nouvelle façade d'inspiration néoclassique.

L'église de Saint-Narcisse-de-Beaurivage est citée en 2006. La toiture a été refaite en tôle à la canadienne, en 2008, grâce à la contribution financière de la population de Saint-Narcisse.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Saint-Narcisse-de-Beaurivage

Adresse :

  • rue Principale

Latitude :

  • 46° 28' 56.4"

Longitude :

  • -71° 13' 58.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Paroisse de Saint-Narcisse Absent 122 ptie
122-73

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CAUX, Arthur. Paroisse centenaire, St-Narcisse de Beaurivage, 1872-1972. Saint-Narcisse-de-Beaurivage, Comité du centenaire, 1972. 288 p.
  • NOPPEN, Luc. Les églises du Québec, 1600-1850. Montréal, Fides, 1977. 298 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013