Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Pont Rouge

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Pont couvert de Sainte-Agathe
  • Pont Reed Mill

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-de-Lotbinière

Date :

  • 1928 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Ponts couverts)

Images

Carte

Description

Le pont Rouge est un pont couvert de type « Town québécois » construit en 1928. Ce pont d'une seule travée mesure 39,62 mètres de long. Sa structure est composée de fermes constituées de madriers placés en diagonale, qui forment un large treillis, et de poteaux verticaux. Elle est couverte d'un lambris en planches horizontales peintes en rouge et coiffée d'un toit à deux versants. Un rocher lui sert de pilier. Le pont Rouge est situé sur le chemin Gosford. Il permet d'enjamber la rivière Palmer, dans la municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Agathe-de-Lotbinière) 2006-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le pont Rouge présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité comme pont couvert. Ce genre de construction en bois est muni d'un toit, érigé au-dessus d'un obstacle à franchir, et dont les fermes supportent l'ensemble de la structure. Les ponts couverts sont indissociables de l'histoire du Québec. Entre le début du XIXe siècle et les années 1950, près de 1500 ouvrages de ce type sont construits sur son territoire. Ces ponts donnent accès aux terres de colonisation et permettent aussi la mise en marché des produits agricoles. Ils symbolisent la marche du progrès et de la prospérité. Construit en 1928, le pont Rouge est aussi nommé pont Reed Mill. C'est le plus long des trois ponts couverts à subsister sur le territoire de la MRC de Lotbinière.

Le pont Rouge présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Plusieurs types de ponts couverts ont été construits sur le territoire québécois. Toutefois, presque tous ceux érigés pendant le XXe siècle appartiennent au type « Town élaboré », aussi appelé « Town québécois ». Cette structure est une variante du modèle « Town » breveté en 1820 par l'architecte américain Ithiel Town (1784-1844). Les ponts de ce type se caractérisent par leurs fermes constituées de madriers placés en diagonale, qui forment un large treillis. Les madriers sont attachés l'un à l'autre à chaque intersection par une cheville de bois. Au Québec, cette structure subit des modifications de la part des ingénieurs du ministère de la Colonisation au tournant du XXe siècle. Ces ponts se caractérisent notamment par leur résistance et leur procédé de construction simple, pouvant être réalisé par une main-d'oeuvre locale. Les dimensions des madriers sont réduites et les chevilles de bois sont remplacées par des clous ou des boulons. De plus, des poteaux verticaux sont ajoutés à la structure pour en augmenter la solidité. Par sa structure, le pont Rouge est un exemple du pont de type « Town québécois ». De plus, son ossature possède une corde médiane et un garde-fou qui longent les murs latéraux. Ses deux portiques, de forme commune, s'apparentent à ceux des ponts de colonisation. Son lambris extérieur est peint en rouge comme de nombreux autres ponts couverts du Québec. Fait intéressant, un rocher sert de pilier à ce pont qui permet toujours de franchir, pendant la saison estivale, la rivière Palmer. Celle-ci coule dans la municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

Source : Municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du pont Rouge liés ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur le chemin Gosford, traversant la rivière Palmer, dans la municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière;
- le rocher servant de pilier;
- la travée unique de 39,62 mètres de long;
- ses caractéristiques de la structure de type « Town québécois ou élaboré », dont les fermes constituées de madriers placés en diagonale, qui forment un large treillis, et les poteaux verticaux;
- la corde médiane et le garde-fou se prolongeant le long des murs latéraux;
- le lambris extérieur et les lambris d'entrée en planches horizontales peintes en rouge;
- les ouvertures, dont les deux portiques de forme commune et les deux longues ouvertures latérales de chaque côté;
- le toit à deux versants droits, couvert de tôle, aux larmiers en saillie à faux cintres;
- la charpente de la toiture composée notamment de chevrons, de pièces de contreventement, de pannes et de jambes de force.

Haut de la page

Informations historiques

Le pont Rouge, aussi appelé pont Reed Mill, est construit en 1928 selon les plans du ministère de la Colonisation. Il permet alors de franchir la rivière Palmer par le chemin Gosford. Cette voie publique a d'ailleurs favorisé le peuplement de la région au milieu du XIXe siècle.

Le pont Rouge est cité en 2006.

De nos jours, il constitue le plus long des trois ponts couverts à subsister dans la MRC de Lotbinière. Il permet toujours de franchir, pendant la saison estivale, la rivière Palmer dans la municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-de-Lotbinière

Adresse :

  • chemin Gosford

Localisation informelle :

Ce pont enjambe la rivière Palmer au site de la chute de Sainte-Agathe.

Latitude :

  • 46° 19' 50.7"

Longitude :

  • -71° 24' 52.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Canton de Nelson Rang 14 7A
7C

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ARBOUR, Gérald, Fernand CARON et Jean LEFRANÇOIS. Les ponts couverts au Québec. Québec, Les Publications du Québec, 2005. 216 p.
  • ARBOUR, Gérald. Les ponts rouges du Québec. Saint-Eustache, Société québécoise des ponts couverts inc., 1993. 82 p.
  • THIBAULT, Henri-Paul. Les ponts couverts du Québec : évaluation patrimoniale. Québec, Ministère de la Culture, 1993. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013