Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice de la Banque-de-Montréal

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Banque de Montréal
  • Molson's Bank

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Drummondville

Date :

  • 1912 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Banques)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'édifice de la Banque-de-Montréal est un bâtiment en brique de couleur chamois construit en 1912. L'édifice de plan rectangulaire, à deux étages, est coiffé d'un toit plat. Une petite annexe, d'un étage et à toit plat, est implantée en retour d'équerre à l'arrière. L'édifice de la Banque-de-Montréal se situe sur une artère principale du centre-ville de Drummondville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Drummondville) 2005-11-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'édifice de la Banque-de-Montréal présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce bâtiment est construit en 1912 pour servir de succursale à la Banque Molson. Celle-ci est absorbée par la Banque de Montréal en 1924. L'implantation à Drummondville de la Banque Molson illustre le dynamisme de cette municipalité au tournant du XXe siècle. L'extension des liens ferroviaires dont elle profite dès la fin du XIXe siècle accentue sa vocation de centre commercial et de services. La basse-ville, où se situe la banque, connaît alors une activité intense. Des hôtels et des magasins font leur apparition. Des professionnels et des compagnies viennent aussi s'établir dans le secteur. À cette époque, le système de banques à charte fédérale s'implante progressivement. À Drummondville, la première institution de ce type à voir le jour, en 1887, est la Banque Jacques-Cartier. Elle est suivie par la Banque Molson en 1912, puis par la Banque de Commerce et la Banque Royale en 1916. L'édifice de la Banque-de-Montréal, un des rares bâtiments commerciaux construits entre 1865 et 1915 qui subsistent, témoigne de la vitalité économique du centre-ville au tournant du XXe siècle. Par ailleurs, la valeur historique de l'édifice de la Banque-de-Montréal repose aussi sur sa double fonction bancaire et résidentielle. En plus de ses fonctions commerciales, l'édifice comprend un logement pour le gérant au second étage. Celui-ci est beaucoup moins élevé que le rez-de-chaussée, et il comprend une entrée située en façade marquée par une baie cintrée.

L'édifice de la Banque-de-Montréal présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale reposant sur sa représentativité par rapport à la typologie des succursales bancaires construites au tournant du XXe siècle. Les édifices bancaires de cette époque sont conçus de façon à évoquer la permanence et la solidité de l'institution par l'utilisation d'un langage architectural classique. L'édifice de la Banque-de-Montréal présente une architecture influencée par le courant Beaux-Arts qui apparaît à la fin du XIXe siècle. Il est en vogue jusque vers 1930, principalement dans la construction d'édifices publics et institutionnels. Ses principes de base sont la clarté du plan, l'équilibre des proportions et l'utilisation abondante du vocabulaire classique. L'édifice de la Banque-de-Montréal est caractéristique de cette architecture notamment par l'équilibre de la composition de la façade principale et la présence d'éléments architecturaux empruntés au vocabulaire classique. Ainsi, par ses caractéristiques architecturales, l'édifice de la Banque-de-Montréal est représentative de la typologie propre aux succursales bancaires construites à la même époque.

Source : Ville de Drummondville, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'édifice de la Banque-de-Montréal liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa localisation sur une artère principale du centre-ville de Drummondville;
- le volume du corps principal, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, la hauteur du second étage inférieure à celle du rez-de-chaussée, le soubassement peu dégagé, le toit plat;
- les matériaux, dont la brique couleur chamois (bâtiment principal, annexe, chaînes d'angle), les éléments en pierre (soubassement, escaliers, portail, ornementations);
- les ouvertures (baies cintrées, oculus, fenêtres rectangulaires) et l'entrée surmontée d'un auvent en bois (façade latérale gauche);
- les éléments de la façade principale empruntés au courant Beaux-Arts, dont la division tripartite de l'élévation (un soubassement de pierre, un étage noble, un couronnement constitué d'un parapet) et la présence d'un porche avec fronton situé dans l'axe central du bâtiment;
- l'ornementation, dont les colonnes doriques, les pilastres, les panneaux et médaillons décoratifs, l'entablement, l'amortissement en escalier du parapet, les fausses clefs de voûte et les appuis de fenêtres.

Haut de la page

Informations historiques

Au tournant du XXe siècle, le système de banques à charte fédérale s'implante progressivement au Québec. À Drummondville, la première institution de ce type à voir le jour, en 1887, est la Banque Jacques-Cartier. Elle est suivie par la Banque Molson qui, en 1906, répond à l'invitation de la Chambre de commerce d'ouvrir une succursale à Drummondville. La Banque Molson commence ses activités dans l'ancien édifice du bureau de poste situé au coin des rues Girouard et Hériot. En mars 1908, l'institution bancaire déménage dans l'édifice Pelletier.

En 1912, elle s'installe dans son propre édifice qu'elle fait construire sur la rue Hériot. Le bâtiment est représentatif de la typologie propre aux succursales bancaires construites à la même époque. Il est inspiré du courant Beaux-Arts et conçu de façon à évoquer la permanence et la solidité de l'institution par l'utilisation d'un langage architectural classique. Comme c'est le cas pour un certain nombre de succursales bancaires de petites villes, la partie commerciale occupe le rez-de-chaussée. Une résidence pour le gérant est aménagée à l'étage. La raison sociale de la Banque Molson change en 1924, alors qu'elle est absorbée par la Banque de Montréal. En 1996, la Banque de Montréal cesse ses activités dans ce bâtiment.

L'édifice de la Banque-de-Montréal est citée en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Drummond

Municipalité :

  • Drummondville

Adresse :

  • 221, rue Heriot

Latitude :

  • 45° 53' 6.0"

Longitude :

  • -72° 29' 21.0"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BÉLANGER, Jean-Pierre. Le grenier de nos mémoires : première série : 29 mars 1995 au 27 mars 1996. Drummondville, Société d'histoire de Drummondville, 2000. 61 p.
  • s.a. Drummondville d'antan en photos . Les Cahiers de la Société historique du centre du Québec. Drummondville, La Société historique du centre du Québec, 1980. 67 p.
  • s.a. Étude de mise en valeur du patrimoine architectural. Évolution historique. Synthèse du développement économique de Drummondville, 1815-1990. Drummondville, Ville de Drummondville/Corporation Rues Principales, s.d. s.p.
  • s.a. « La Banque de Montréal célèbre le 60e anniversaire de son établissement à Drummondville ». La Parole, 7 septembre 1966, p. 14.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013