Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site du patrimoine de l'Église-de-Notre-Dame-de-Grâce

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce est un ensemble religieux de tradition catholique aménagé de 1966 à 1967. Il comprend une église et son presbytère sur un terrain de forme allongée. Le lieu de culte s'inscrit dans le courant de l'architecture moderne. Il est construit en béton recouvert d'un crépi blanc et possède une nef pentagonale à un seul vaisseau. Un clocher couronné d'une flèche coiffe le faîte du toit à pans. À l'est, l'église est flanquée d'un chemin couvert, qui la relie au presbytère. Cet édifice de plan rectangulaire adopte un vocabulaire architectural qui s'apparente à celui de l'église. Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce est borné par le chemin Sydenham, près de l'intersection du boulevard Talbot. Il se situe dans l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2006-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce présente un intérêt pour sa valeur architecturale. L'église et le presbytère de Notre-Dame-de-Grâce, érigés de 1966 à 1967, s'inscrivent dans le courant de l'architecture moderne. En vogue au Québec entre 1945 et 1980, cette architecture se veut en rupture avec les formes traditionnelles. Elle privilégie les volumes simples aux surfaces lisses, les toitures plates et le dépouillement ornemental. Par ailleurs, le style exploite les nouveaux matériaux et les nouvelles techniques de construction qui font leur apparition au XXe siècle. L'église de Notre-Dame-de-Grâce est caractéristique de l'architecture moderne notamment par ses façades blanches et lisses, ses matériaux, l'absence d'ornementation et sa nef pentagonale à un seul vaisseau. Le plan permet de disposer les bancs en éventail largement déployé autour de l'autel. Ce genre d'aménagement connaît un grand succès au Saguenay qui vit une période de grande créativité architecturale dès 1960. Il est mis de l'avant par l'architecte Joseph Sawyer pour l'église Saint-Thomas-More à Verdun (Montréal, 1950).

Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce présente en outre un intérêt pour sa valeur historique découlant de son association avec Maurice Gravel (né en 1929). Ce dernier réalise les plans de l'église et du presbytère. Né à Chicoutimi, Gravel est reçu architecte en 1957 après une formation à l'École des beaux-arts de Montréal. La même année, il entre au service du bureau des architectes Alfred Lamontagne (1883-1967) et Armand Gravel (1895-1980). Quatre ans plus tard, à la retraite de Lamontagne, il s'associe avec son père et fonde le bureau Gravel et Gravel, architectes. Les réalisations de Gravel et Gravel s'orientent dès lors vers un modernisme plus coloré, où la combinaison des couleurs et des matériaux enlumine les surfaces. L'église de Notre-Dame-de-Grâce est érigée durant cette période.

Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce présente également un intérêt pour sa valeur historique liée à son implantation. Le site est représentatif des ensembles institutionnels construits dans les banlieues québécoises après la Deuxième Guerre mondiale. Ces ensembles reflètent le caractère de ce milieu où la densité de la population est faible et l'échelle des édifices volontairement restreinte. De plus, le terrain de stationnement devient une nécessité. Le site de l'Église-de-Notre-Dame-de-Grâce constitue une composante essentielle de la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce. Cette paroisse est créée en 1965 lorsque le projet immobilier du Foyer coopératif, amorcé à Chicoutimi vers 1944, s'étend au sud de la rue Jacques-Cartier. Par ailleurs, à partir de 1960, le plan centré domine dans la construction des églises. Le plus souvent, un polygone ou un losange présente une composition ascendante qui converge vers le centre. L'église de Notre-Dame-de-Grâce est représentative de ce type d'aménagement par sa nef pentagonale. À l'est, elle est flanquée d'un chemin couvert, qui mène au presbytère de forme rectangulaire. Le site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce est borné par le chemin Sydenham près de l'intersection du boulevard Talbot. Il inclut un aménagement paysager élaboré et de nombreux jeunes arbres.

Source : Ville de Saguenay, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de l'Église-Notre-Dame-de-Grâce liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la présence de l'église de Notre-Dame-de-Grâce et de son presbytère;
- le chemin couvert reliant l'église et le presbytère;
- la situation de l'ensemble sur un terrain de forme allongée borné par le chemin Sydenham près de l'intersection du boulevard Talbot;
- l'aménagement paysager élaboré avec ses espaces gazonnés, pavés et asphaltés;
- les caractéristiques de l'église de Notre-Dame-de-Grâce, notamment le volume, dont la nef pentagonale à un seul vaisseau, le toit à pans inclinés surmonté d'un clocher pyramidal situé sur le faîte, la façade, dont l'entrée encaissée, les murs bas inclinés et massifs encadrant l'entrée, les fenêtres au-dessus de l'entrée, et les cinq fenêtres polygonales disposées de chaque côté de l'entrée, les matériaux, dont la maçonnerie en béton recouvert d'un crépi blanc, le verre et le treillis métallique des ouvertures, la grille métallique de la chambre des cloches et le recouvrement en tôle du clocher, les ouvertures, dont les fenêtres polygonales disposées en rythme ordonné, le bandeau de fenêtres au sommet des élévations, le puits de lumière pentagonal du toit, ainsi que l'ornementation, dont les croix gravées sur les murs de la façade et le contraste des couleurs créé par la juxtaposition des matériaux (métal brun et crépi blanc);
- les caractéristiques du presbytère de Notre-Dame-de-Grâce, notamment le volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, les matériaux, dont le parement en crépi blanc et en métal, ainsi que les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires et les ouvertures en forme de losange.

Haut de la page

Informations historiques

La paroisse de Notre-Dame-de-Grâce est érigée en 1965 lorsque le projet immobilier du Foyer coopératif, amorcé à Chicoutimi vers 1944, s'étend au sud de la rue Jacques-Cartier. De ce fait, une première messe est célébrée en 1965 dans une chapelle aménagée dans un local de l'orphelinat de l'Immaculée Conception. La même année, la Fabrique achète une résidence afin d'y aménager un presbytère temporaire.

En 1966, la Fabrique acquiert un terrain appartenant aux Petites Franciscaines de Marie pour y ériger l'église de Notre-Dame-de-Grâce et son presbytère. La construction prend fin en 1967. La bénédiction des cloches de l'église se tient le 26 mai 1967 et celle de l'église paroissiale le 28 mai.

L'église se caractérise par son architecture moderne qui s'écarte définitivement des formes traditionnelles. Son aménagement de type pentagonal permet de disposer les bancs en éventail autour de l'autel. Le plan mis de l'avant par l'architecte Joseph Sawyer pour l'église Saint-Thomas-More à Verdun (Montréal, 1950), connaît un grand succès au Saguenay où il est utilisé à de nombreuses reprises. Les cloches de l'église sont installées en 1967 par le facteur d'orgues Marcel Bertrand. À l'est, l'église est flanquée d'un chemin couvert qui mène au presbytère. Aujourd'hui, le bureau de la Fabrique se trouve dans cet espace.

L'auteur des plans de l'église et du presbytère est l'architecte chicoutimien Maurice Gravel (né en 1929). Il est diplômé de l'École des beaux-arts de Montréal en 1957. La même année, il entre au service du bureau des architectes Alfred Lamontagne (1883-1967) et Armand Gravel (1895-1980). Quatre ans plus tard, Maurice Gravel s'associe avec son père et fonde le bureau Gravel et Gravel, architectes. En 1978, il prend seul la direction de la firme qui se nomme alors Maurice Gravel, architecte.

Le site du patrimoine de l'Église-de-Notre-Dame-de-Grâce est constitué en 2006. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012. L'église sert toujours au culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Chicoutimi

Adresse :

  • chemin Sydenham

Latitude :

48° 25' 9.5"

Longitude :

-71° 2' 29.9"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 690 103
  • Lot 2 690 105

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architecture des églises du Québec : 1940-1985. Québec, Presses de l'Université Laval, 1987. 383 p.
  • DIEUDONNÉ, Patrick, Lucie K. MORISSET et Luc NOPPEN. Patrimoines modernes : l'architecture du vingtième siècle à Chicoutimi. Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 2004. 191 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013