Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Église-Saint-Mathias

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Mathias

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Groupes associés (1)

Personnes associées (3)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Église-Saint-Mathias est un ensemble religieux de tradition catholique. Le site comprend un presbytère construit en 1958 et une église érigée en 1964 et 1965. Le lieu de culte en béton est formé d'un plan en losange tronqué et est coiffé d'un toit pyramidal. La maison curiale, aussi de facture moderne, présente un plan rectangulaire à deux étages et est surmontée d'un toit plat. L'ensemble, implanté au centre d'un vaste terrain paysager, se situe dans un quartier résidentiel et institutionnel du secteur Arvida dans l'arrondissement municipal de Jonquière de la ville de Saguenay.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains sur lesquels ils s'élèvent.

Ce bien est visé par un avis d'intention de classement.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2019-12-19
 
Citation Site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2006-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église Saint-Mathias et son site présentent un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique, architecturale et urbanistique.

L'église Saint-Mathias est construite en 1964 et 1965 selon les plans de Jacques Coutu, un architecte important dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. La structure du bâtiment est constituée de cadres en béton soutenant la charpente du toit en bois lamellé-collé. Les murs extérieurs en béton apparent sont percés d'étroites fenêtres faisant toute la hauteur de la surface. Le toit est composé de quatre pans concaves se rejoignant et s'élevant au centre pour former un clocher constituant un point de repère dans le quartier. Le plan en losange de l'église permet de disposer les rangées de bancs en éventail et de rapprocher les fidèles du sanctuaire, lequel est aménagé dans un angle. Les éléments structuraux et les matériaux utilisés constituent l'essentiel de l'ornementation. La forme des blocs de béton des murs améliore l'acoustique du lieu de culte, en plus de créer un effet décoratif. Les bandeaux de fenêtres aménagés à la jonction des murs et du toit éclairent le lieu tout en préservant l'intimité des cérémonies. Le puits de lumière au-dessus du tabernacle est un autre exemple de l'attention portée au traitement de l'éclairage. De nombreux espaces consacrés à diverses activités religieuses et communautaires sont disposés autour de la nef et du sanctuaire. L'église, érigée au centre d'un îlot dégagé, est facilement accessible grâce aux entrées aménagées sur les côtés. Elle forme, avec le presbytère voisin et l'école située tout près, le cœur institutionnel du quartier résidentiel dans lequel elle s'intègre harmonieusement.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de l'Église-Saint-Mathias est aménagé plusieurs années après la fondation de la ville d'Arvida par l'aluminerie Alcoa, qui devient plus tard la compagnie Alcan. Dès 1925, le projet d'établir une usine d'aluminium dans les environs de la rivière Saguenay se confirme. Trois plans d'aménagement se succèdent entre 1926 et 1942. Le troisième projet d'urbanisme élabore un prolongement de la ville vers le sud. Sa mise en oeuvre s'accélère vers 1949 pour répondre à une croissance rapide de la population. Alcan et la Wartime Housing implantent de nouvelles maisons. Ce contexte favorise la création de paroisses, dont celle de Saint-Mathias en 1955. Elle est formée à partir du démembrement des paroisses Saint-Jacques, Sainte-Marie-Médiatrice de Jonquière et Saint-Antoine de Chicoutimi. La même année, le presbytère est établi temporairement dans une résidence. Au cours de la première décennie, les célébrations liturgiques se déroulent dans le gymnase de l'école Sainte-Lucie, située à proximité du site actuel.

En 1958, les architectes Alfred Lamontagne (1883-1967) et Armand Gravel (1895-1980) conçoivent le presbytère. Ce duo d'architectes est prolifique au Saguenay. En 1964 et 1965, l'église de Saint-Mathias est érigée selon les plans de l'architecte Jacques Coutu (né en 1927). Il reçoit d'ailleurs le Canadian Wood Design Award pour ce bâtiment. Le toit est l'objet de plusieurs réfections entre 1971 et 1998, dont le remplacement de la couverture initiale en cuivre par un recouvrement de bardeaux d'asphalte et la fermeture du lanterneau à cause des infiltrations d'eau.

En 2000, les paroisses Saint-Mathias et Saint-Jacques fusionnent pour former la paroisse Saint-Étienne. L'église de Saint-Mathias adopte ce nouveau nom. Une autre fusion, en 2005, intègre l'église dans la paroisse Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus. Le presbytère de Saint-Mathias devient le centre administratif de cette paroisse et héberge également des organismes sociaux.

Le site du patrimoine de l'Église-Saint-Mathias est constitué en 2006. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Jonquière

Adresse :

  • 2327, rue Lévesque

Latitude :

  • 48° 24' 30.0"

Longitude :

  • -71° 10' 16.8"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 292 625

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architecture des églises du Québec : 1940-1985. Québec, Presses de l'Université Laval, 1987. 383 p.
  • HURNI, Jean-Claude et Laurent LAMY. Architecture contemporaine au Québec 1960-1970. Montréal, Hexagone, 1983. 179 p.
  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. Jonquière, mémoires et lieux: Guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. Jonquière, Ministère de la culture et des communications, 1994. 103 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013