Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Église-Saint-Georges

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Georges

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Personnes associées (4)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Église-Saint-Georges est un ensemble religieux de tradition catholique comprenant une église et un presbytère. Érigée en 1958 et 1959, l'église en pierre présente un plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau et d'un choeur en saillie à chevet plat. Coiffée d'un toit à deux versants droits, elle comporte une façade à pignon percée d'une grande baie en forme d'arc parabolique regroupant les trois portails et un vitrail. Un clocher hors-oeuvre est accessible par un passage couvert. Il se trouve à droite de l'église et loge, à sa base, une niche avec une statue de la Vierge. La sacristie à un étage et au plan en forme de « U », coiffée d'un toit plat, entoure le choeur à l'arrière du bâtiment. Construit en 1948 et situé à la droite de l'église, le presbytère est également accessible par un chemin couvert. L'édifice moderne de deux étages, en brique ocre, possède un plan en forme de « L » et est coiffé d'un toit plat. L'extrémité droite de chacun des volumes du presbytère est arrondie et présente un bandeau vertical en brique de verre sur toute la hauteur du bâtiment. Le site patrimonial de l'Église-Saint-Georges est implanté à une intersection, sur un terrain comportant une dénivellation vers l'avant, dans l'arrondissement municipal de Jonquière de la ville de Saguenay.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2006-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Église-Saint-Georges présente un intérêt pour sa valeur historique. L'église de Saint-Georges est le troisième lieu de culte érigé sur ce site. La paroisse de Saint-Georges, formée de la partie ouest de la paroisse de Saint-Dominique, est érigée en juillet 1941 par Mgr Georges Melançon (1886-1982). Il s'agit de la première paroisse fondée par l'évêque, qui lui donne son nom. Durant le même mois, une chapelle temporaire en bois est construite sur un terrain qui se trouve à l'arrière de l'église actuelle. Une première église en béton est inaugurée sur le site en 1942. Cet édifice ainsi que la chapelle temporaire sont aujourd'hui disparus. En 1948, une grotte dédiée à la Vierge de Fatima est aménagée, et le presbytère actuel est construit. La grotte est démolie au moment de l'érection de l'église actuelle en 1958. Les statues sont cependant relogées dans une niche prévue à cette fin et située à la base du nouveau clocher. L'église et le presbytère de Saint-Georges témoignent du développement rapide de Jonquière au milieu du XXe siècle, alors que plusieurs nouvelles paroisses sont créées.

Le site présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Le presbytère de Saint-Georges est un édifice résolument moderne, tandis que l'église intègre des éléments issus du modernisme dans une architecture plutôt inspirée de la tradition. Construit en 1948, le presbytère s'éloigne des formes habituelles qui caractérisent ce type de bâtiment. Les maisons curiales au contraire sont habituellement des résidences richement ornées. Ce presbytère affiche une ornementation simple et épurée qui réside principalement dans le modelage des volumes et le jeu des matériaux. Les briques de verre, le toit plat et les formes arrondies de l'édifice lui donnent un aspect aérodynamique inspiré des paquebots et de l'architecture moderne. Ces éléments apparaissent sur plusieurs édifices commerciaux et résidentiels du Québec durant les années 1940. Ils constituent un apport innovateur dans le contexte d'un presbytère. Érigée dix ans plus tard, l'église de Saint-Georges est la dernière église du diocèse de Chicoutimi qui conserve les formes traditionnelles de l'architecture religieuse. Son plan en croix latine, sa façade à pignon et son toit à deux versants droits reprennent en effet le volume conventionnel d'une église. Toutefois, l'utilisation du béton armé et les larges arcs paraboliques sont plutôt associés aux constructions modernes. L'église et le presbytère sont conçus à des dates différentes par des firmes d'architectes distinctes. Cependant, tous deux tendent vers le renouveau de l'architecture religieuse qui caractérise la région du Saguenay à partir de 1960.

Le site présente en outre un intérêt pour sa valeur historique découlant de son association aux architectes Paul Boileau, Léonce Desgagné (1908-1979) et Sylvio Brassard (1898-1975). Ceux-ci marquent le paysage bâti du Québec au XXe siècle. Le presbytère est réalisé par le bureau d'architectes Boileau et Desgagné. Léonce Desgagné est natif de la région de Chicoutimi. L'architecte reçoit de nombreux prix d'excellence durant sa carrière principalement concentrée au Saguenay. Dès 1932, il est couronné meilleur finissant des écoles d'architecture canadiennes et reçoit le prix Athanase-David du gouvernement du Québec. Sa production polyvalente et innovatrice comprend plusieurs édifices institutionnels et religieux, dont l'église de Notre-Dame-de-Fatima (1962-1963) à Jonquière. L'église de Saint-Georges est quant à elle réalisée par l'architecte Sylvio Brassard. Né à Jonquière, il est connu pour son oeuvre inspirée de l'architecture traditionnelle québécoise. Il conçoit plus de 65 églises durant sa carrière prolifique, ainsi que les premiers bâtiments du Jardin zoologique de Québec (1932). L'église et le presbytère de Saint-Georges sont des témoins du travail de trois architectes influents pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Source : Ville de Saguenay, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de l'Église-Saint-Georges liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation à l'intersection du boulevard Harvey et de la rue Saint-Jean-Baptiste, sur un terrain comportant une dénivellation vers l'avant, dans l'arrondissement municipal de Jonquière de la ville de Saguenay;
- l'église située de biais par rapport au boulevard et reliée à un clocher par un passage couvert à droite, ainsi que le presbytère situé à droite de l'église et également relié à celle-ci par un passage couvert;
- les caractéristiques du presbytère, notamment son volume, dont le plan en « L » aux extrémités arrondies à droite, l'élévation de deux étages, le toit plat et le chemin couvert menant à l'église, ses matériaux, dont la maçonnerie en brique ocre, le béton du soubassement et le fer forgé des piliers de la galerie, le bois des ouvertures, les briques de verre des bandes verticales, ses ouvertures, dont les deux bandes verticales à l'extrémité droite de chaque volume, les fenêtres rectangulaires à la partie inférieure coulissante (parfois jumelées), les trois portes à baies et imposte, ainsi que les appuis, la galerie ceinturant les façades avant et latérale de l'aile droite, ainsi que l'escalier en béton de l'entrée principale;
- les caractéristiques de l'église, notamment son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau et d'un choeur en saillie à chevet plat plus étroit que la nef, le toit à deux versants droits, la façade, dont la vaste baie en forme d'arc parabolique regroupant trois portails d'entrée à double vantail et impostes, un vitrail et deux mosaïques importées d'Italie apposées au-dessus d'une marquise protégeant l'entrée, ses matériaux, dont le parement en pierre, le béton des ornements, le cuivre de la toiture et l'ossature en béton armé, ses ouvertures, dont les deux petites fenêtres jumelées en façade, les hautes fenêtres en arc parabolique des longs pans et sur les bras du transept, les fenêtres groupées par trois du soubassement, les quatre oculus du choeur, ainsi que les chambranles, appuis et linteaux, ses ornements, dont les larges encadrements d'ouvertures, les retours de corniche et la croix au faîte de la façade en béton, la longue cheminée qui flanque le transept droit et le clocheton placé à la croisée du transept, le clocher hors-oeuvre situé à droite de l'église, dont sa base comprenant une niche avec une statue de la Vierge, son tambour rectangulaire, ses abat-sons entourés de quatre piliers, sa flèche et sa croix ainsi que le chemin couvert le reliant à l'église, la sacristie à un étage en forme de « U » entourant le choeur, coiffée d'un toit plat et comportant des petites fenêtres rectangulaires regroupées par trois, ainsi que le parvis en béton.

Haut de la page

Informations historiques

La paroisse de Saint-Georges est érigée canoniquement en juillet 1941 par Mgr Georges Melançon (1886-1982). Il s'agit de la première paroisse fondée par l'évêque, qui lui donne son nom. Durant le même mois, une chapelle temporaire en bois est implantée sur un terrain se trouvant à l'arrière de l'église actuelle. Une première église en béton est inaugurée sur le site en 1942; cet édifice ainsi que la chapelle temporaire sont aujourd'hui disparus. En 1948, une grotte dédiée à la Vierge de Fatima est aménagée, et le presbytère est construit. Celui-ci est réalisé par le bureau des architectes Paul Boileau (né en 1906) et Léonce Desgagné (1908-1979). C'est un bâtiment moderne s'éloignant des formes habituelles qui caractérisent les maisons curiales. Il affiche une ornementation simple et épurée, qui réside principalement dans le modelage des volumes et le jeu des matériaux. Le bâtiment innovateur est représentatif de l'oeuvre de Léonce Desgagné, natif de la région de Chicoutimi. L'architecte reçoit de nombreux prix d'excellence durant sa carrière principalement concentrée au Saguenay.

L'actuelle église de Saint-Georges est érigée en 1958 et 1959 selon les plans de l'architecte Sylvio Brassard (1898-1975). Il s'agit de la dernière église du diocèse de Chicoutimi qui conserve les formes de l'architecture religieuse traditionnelle. Son plan en croix latine, sa façade à pignon et son toit à deux versants reprennent en effet le volume conventionnel d'un lieu de culte. L'édifice s'inscrit dans l'oeuvre de Brassard, connu pour ses réalisations inspirées de l'architecture ancienne du Québec. L'architecte intègre cependant à l'église des éléments issus de la modernité, tels que des ornements en béton, de larges arcs paraboliques et une structure en béton armé. La grotte dédiée à la Vierge est démolie au moment de la construction de l'église. Les statues sont cependant relogées dans une niche placée à la base du clocher.

Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Georges, qui comprend l'église et le presbytère, est constitué en 2006. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Jonquière

Latitude :

  • 48° 24' 56.9"

Longitude :

  • -71° 15' 38.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Canton de Jonquière Rang 4 14A ptie
14A-268 ptie
14A-269 ptie
14A-321
14A-322 ptie
14B ptie
14B-10 ptie
14B-122 ptie
14B-123
14B-124 ptie
14B-125 ptie
14B-4
14B-6
14B-7 ptie
14B-8 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. Jonquière, mémoires et lieux: Guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. Jonquière, Ministère de la culture et des communications, 1994. 103 p.
  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. « Les églises de Jonquière ». Saguenayensia. Vol. 39, no 4 (1997), p. 3-19.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013