Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Gare de Sayabec

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Gare ferroviaire du Canadien National

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Sayabec

Date :

  • 1912 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La gare de Sayabec est une gare ferroviaire construite en 1912. Le bâtiment en bois, de plan rectangulaire à un étage, est coiffé d'un imposant toit à croupes dont l'avant-toit débordant est supporté par de grandes consoles. La façade principale comprend une saillie surmontée d'une fausse lucarne à croupe. La gare, qui a été déplacée, est située en bordure de la route 132, dans la municipalité de Sayabec.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sayabec) 2006-05-01
 
Désignation (Canada) Gare ferroviaire patrimoniale Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1993-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La gare de Sayabec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne de l'importance du chemin de fer dans le développement de la municipalité. La compagnie Intercolonial Railway, constituée en 1867 par le gouvernement canadien, projette de relier les Maritimes à l'Ontario. La construction de la voie ferrée est terminée en 1875 dans la vallée de la Matapédia. La présence de la voie ferrée stimule la croissance du village de Sayabec à partir de 1883, à l'exemple de plusieurs agglomérations de la région. Vers la fin du siècle, Sayabec devient la porte d'entrée de la vallée de la Matapédia en raison de la présence du siège de l'Agence des terres. L'endroit constitue donc un arrêt obligatoire pour les nouveaux colons. La première gare, probablement érigée en 1875, ne suffit plus aux besoins grandissants. Elle est remplacée par le bâtiment actuel en 1912. La gare est alors au centre des activités économiques locales dont les intérêts sont liés de près à l'industrie du bois. La gare de Sayabec évoque la période prospère de la municipalité au cours des trois premières décennies du XXe siècle.

La gare de Sayabec présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative d'un modèle de gare construit dans les petites localités du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la vallée de la Matapédia au début du XXe siècle. La gare de Sayabec est caractéristique de ce modèle notamment par son volume rectangulaire d'un étage coiffé d'un toit à croupes et par ses avant-toits débordants supportés par des consoles en bois. Le parement en planches verticales et horizontales de même que la saillie sur la façade principale se rattachent également au type adopté par la compagnie Intercolonial Railway. En outre, la gare possède une intégrité architecturale. En effet, contrairement à la plupart des autres gares construites par Intercolonial Railway au cours de la même période, la gare de Sayabec a conservé son volume, ses éléments d'ornementation ainsi que ses revêtements muraux. Sa bonne conservation en fait un spécimen rare, qui révèle manifestement les spécificités d'un modèle standard, autrefois répandu sur la même ligne de chemin de fer.

Source : Municipalité de Sayabec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la gare de Sayabec liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et le toit à croupes aux avant-toits débordants supportés par de larges consoles;
- la saillie sur la façade principale surmontée d'une fausse lucarne à croupe;
- les matériaux, dont le parement de planches verticales et horizontales posées à clins;
- les ouvertures, dont les fenêtres à guillotine munies de carreaux dans leur partie supérieure ainsi que leur chambranle en bois;
- les éléments décoratifs, dont les planches cornières et les moulures en bois.

Haut de la page

Informations historiques

Le village de Sayabec se développe grâce à la construction de la voie ferrée par la compagnie Intercolonial Railway, constituée en 1867 par le gouvernement canadien. L'entreprise projette de relier les Maritimes à l'Ontario. Cette ligne fait alors partie du secteur Saint-Laurent de la compagnie et s'inscrit dans un contexte plus large. En effet, les autorités politiques désirent étendre les voies de communication entre les provinces maritimes et le reste du Canada. Lors de la construction du chemin de fer, en 1875, une première gare est vraisemblablement construite.

À partir de 1883, une petite agglomération se forme autour de la gare. Ensuite, une industrie de transformation du bois, fondée par Martin Lebel, s'implante à proximité. En 1884, la localité voit arriver une première vague de colonisation. L'industrie de Lebel est achetée par la Shell-Mcpherson en 1895. Par la suite, en 1896, elle est acquise par la compagnie John Fenderson. Avant la fin du siècle, Sayabec devient la porte d'entrée de la vallée de la Matapédia. En effet, la présence du siège de l'Agence des terres dans le village constitue un arrêt obligatoire pour les nouveaux colons. Agrandie en 1908, la première gare devient tout de même trop petite; la compagnie Intercolonial Railway bâtit la gare actuelle en 1912. Elle reprend un de ses plans standard largement utilisé le long de cette subdivision ferroviaire. Le bâtiment est caractérisé par son plan rectangulaire à un étage coiffé d'un toit à croupes et une saillie aménagée sur sa façade principale surmontée d'une fausse lucarne. Ce décroché dans le plan correspond à la présence du bureau du chef de gare qui occupe l'espace central bordé par une salle d'attente de chaque côté. La gare est revêtue de planches posées verticalement dans sa partie basse et horizontalement sur les deux tiers restants des surfaces. L'ornementation du bâtiment comporte des composantes en bois telles que les consoles qui soutiennent l'avant-toit et les chambranles des ouvertures.

Au début des années 1920, la compagnie John Fenderson devient la plus importante industrie de bois d'oeuvre dans l'est du Québec. Le trafic ferroviaire à Sayabec est alors intense. Jusqu'à la crise économique des années 1930, la gare constitue un pivot essentiel dans les activités locales. Par ailleurs, le village prend de l'expansion entre les deux lignes parallèles que forment le chemin de fer au sud et le chemin Matapédia au nord. Au fil des ans, plusieurs installations reliées aux activités de la gare et du commerce sont ajoutées à proximité, puis démolies en 1968. Des rénovations sont réalisées sur la gare par Via Rail en 1986, et des espaces verts sont ensuite aménagés autour du bâtiment. La gare de Sayabec est désignée gare ferroviaire patrimoniale par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada en 1993.

En 1997, la gare, qui n'est plus la propriété de Via Rail, est menacée de démolition par la reconstruction de la route allant de Sayabec à Saint-Cléophas. Elle ne peut être déménagée à proximité de son emplacement premier, car les terrains sont la propriété de Via Rail. La gare est donc déplacée sur son site actuel, près de la route 132 Ouest, afin d'assurer sa conservation.

La gare de Sayabec est citée en 2006. Des travaux de restauration sont réalisés en 2013.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • La Matapédia

Municipalité :

  • Sayabec

Adresse :

  • 11, route 132 Ouest

Latitude :

48° 33' 57.4"

Longitude :

-67° 41' 18.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Matapédia Paroisse de Sainte-Marie-de-Sayabec Absent 124-183
124-49-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CÔTÉ, Louise et Yves LAFRAMBOISE. Rapport sur les gares ferroviaires. Gare du Canadien Nationale : Sayabec. Québec, Commission des lieux et monuments historiques du Canada, 1992. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013