Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de Sainte-Geneviève

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site historique de l'Église-de-Sainte-Geneviève-de-Berthier
  • Site historique de Sainte-Geneviève

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Berthierville
  • Sainte-Geneviève-de-Berthier

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Plaques commémoratives associées (3)

Personnes associées (16)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de Sainte-Geneviève est un ensemble religieux de tradition catholique aménagé à partir de la fin du XVIIIe siècle. Il comprend l'église de Sainte-Geneviève, classée monument historique, son presbytère ainsi que l'emplacement du premier noyau paroissial. L'église est un bâtiment en pierre érigé de 1782 à 1787 et qui a été modifié de façon importante au cours de la première moitié du XIXe siècle. Elle présente un plan composé d'une nef rectangulaire à trois vaisseaux et d'un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle. Sa façade monumentale d'inspiration néoclassique est flanquée de deux tours légèrement en saillie surmontées d'un clocher à deux lanternes. La sacristie en pierre est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. Le presbytère, construit en 1905, est un imposant bâtiment en pierre d'influence Second Empire. De plan en « L » à trois étages, il est coiffé d'un toit mansardé. Sa façade principale est marquée au centre par un pignon à toit en pavillon surmonté d'un épi. Une galerie le ceinture sur trois côtés. L'ensemble occupe un emplacement boisé et paysager à proximité du fleuve Saint-Laurent. Il est situé dans la municipalité de Sainte-Geneviève de Berthier et forme une enclave dans la ville de Berthierville.

Ce bien est classé site patrimonial. L'église de Sainte-Geneviève est également classée immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2001-04-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de Sainte-Geneviève présente un intérêt pour sa valeur historique. Le territoire formant la municipalité de Sainte-Geneviève de Berthier et Berthierville correspond au fief Dorvilliers et à la seigneurie de Berthier, concédés en 1672 par l'intendant de la Nouvelle-France Jean Talon (1626-1694). Dès 1710, un terrain situé à proximité du fleuve est offert par la veuve du seigneur Alexandre Berthier (1638-1708) pour la construction d'une église. Toutefois, celle-ci n'est érigée qu'en 1724, alors que Pierre de Lestage (1682-1743) est seigneur de Berthier. La paroisse est fondée en 1727, et l'église est bénite en 1729 sous le vocable de Sainte-Geneviève. Un presbytère est construit probablement vers 1745, année où Michel Levasseur devient le premier curé résidant. En 1781, l'église est jugée trop exiguë. James Cuthbert (vers 1719-1798), alors seigneur de Berthier, offre son aide financière pour la remplacer. L'église actuelle est ainsi élevée de 1782 à 1787, sur un terrain plus en retrait du fleuve afin d'échapper aux crues printanières. Le cimetière est déplacé derrière la nouvelle église dès 1786. Une maison curiale est bâtie en 1810. Le village de Berthier, érigé en ville en 1865, procède au cours des années suivantes à l'annexion d'une partie de la municipalité de paroisse de Sainte-Geneviève de Berthier, à l'exception de la propriété de la fabrique qui forme encore aujourd'hui une enclave. Un nouveau presbytère est édifié à l'emplacement du précédent en 1905. Le cimetière paroissial est déplacé en 1919. Ce site patrimonial est représentatif des ensembles religieux québécois. En outre, il comprend le plus ancien temple catholique du diocèse de Joliette.

Le site patrimonial de Sainte-Geneviève présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. L'ensemble paroissial est formé de deux édifices d'époques différentes. L'église, dont la construction remonte à la fin du XVIIIe siècle, a été modifiée de façon importante au siècle suivant. Sa façade-écran monumentale, flanquée de deux tours surmontées d'un clocher et formée de cinq travées, est réalisée en 1818 et 1819. Elle témoigne de transformations couramment effectuées sur les églises catholiques afin de les mettre au goût du jour. Elle illustre l'influence du néoclassicisme dans la première moitié du XIXe siècle avec son fronton au sommet arrondi couronnant le corps central, ses portails d'entrée en pierre de taille, ses arcades, ses ouvertures cintrées et ses oculus. Quant au presbytère, il a été érigé en 1905, d'après les plans de l'architecte joliettain Alphonse Durand (1858-1937). Il s'agit d'un imposant édifice en pierre qui souligne l'importance du curé dans la société traditionnelle. Il est représentatif de l'architecture résidentielle d'influence Second Empire entre autres par son vaste corps de logis, son toit mansardé à quatre eaux, la composition ordonnée et symétrique de sa façade principale dont le centre est marqué par un pignon à toit en pavillon ainsi que par ses chaînes d'angle harpées et ses chambranles en pierre de taille. L'église et son presbytère forment ainsi un ensemble monumental mis en valeur par les aménagements paysagers en façade.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du site patrimonial de Sainte-Geneviève liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- l'inclusion de l'emplacement du premier noyau paroissial;
- la relation entre l'église, le presbytère et le terrain boisé et paysager à proximité du fleuve Saint-Laurent;
- les caractéristiques de l'église, dont le plan composé d'une nef rectangulaire à trois vaisseaux et d'un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle, le toit à deux versants (muni de croupes vis-à-vis l'ancien transept et de lucarnes à fronton arrondi), la maçonnerie de moellons, la couverture en tôle à la canadienne, les ouvertures en bois, la façade-écran (composée de cinq travées, de deux tours ornées de chaînes d'angle en pierre de taille et surmontées de hauts clochers à deux lanternes, d'un fronton couronnant le corps central au sommet arrondi percé d'une niche ornée d'une statue de sainte Geneviève dorée et de trois portails en pierre de taille), les fenêtres cintrées, les oculus, les esses ainsi que les chambranles et les chaînes d'angle en pierre de taille;
- les caractéristiques de la sacristie de plan rectangulaire à un étage et demi, dont le toit à deux versants légèrement retroussés, la lucarne à fronton triangulaire, les fenêtres ornées d'un arc cintré, le porche cintré en moellons ainsi que les chambranles et les chaînes d'angle en pierre de taille;
- les caractéristiques du presbytère, dont le plan en « L », l'élévation de trois étages, la maçonnerie en pierre à bossages, le toit mansardé à quatre eaux (couvert de tôle à la canadienne), le pignon à toit en pavillon surmonté d'un épi et percé d'une imposante lucarne au centre de la façade principale, la galerie ceinturant le bâtiment sur trois côtés (munies de colonnes à chapiteau dorique et d'un fronton triangulaire marquant l'accès latéral), les escaliers, les ouvertures distribuées de façon régulière et symétrique, les portes simples et à double vantail surmontées d'une imposte vitrée, les fenêtres rectangulaires à grands carreaux, les lucarnes à fronton triangulaire, les chaînes d'angle harpées et les chambranles en pierre de taille ainsi que la large corniche soulignant le débord du toit.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de Sainte-Geneviève est situé dans la municipalité de Sainte-Geneviève de Berthier et forme une enclave dans la ville de Berthierville.

En 1672, l'intendant de la Nouvelle-France Jean Talon (1626-1694) concède le fief Dorvilliers à Philippe Gaultier de Comporté (1641-1687) et la seigneurie de Berthier à Hugues Randin (1628-1680). Ce territoire inclut aujourd'hui la municipalité de Sainte-Geneviève de Berthier et la ville de Berthierville. Dès 1710, un terrain est offert par la veuve du seigneur Alexandre Berthier (1638-1708) pour la construction d'une église. Toutefois, celle-ci n'est érigée qu'en 1724, alors que Pierre de Lestage (1682-1743) est seigneur de Berthier depuis six ans. L'église en pierre est élevée à proximité du fleuve par les maçons Pierre Gougeon et Antoine Dubois dit Laviolette (vers 1663-1743). La paroisse est fondée en 1727 et l'église est bénite en 1729 sous le vocable de Sainte-Geneviève. Un presbytère est érigé probablement vers 1745, année où Michel Levasseur devient le premier curé résidant. En 1781, l'église est jugée trop exiguë. Les paroissiens qui souhaitent procéder à son agrandissement demandent l'autorisation au seigneur de Berthier James Cuthbert (vers 1719-1798). Celui-ci opte plutôt pour un nouveau temple et participe financièrement au projet.

L'église actuelle est érigée de 1782 à 1787, sur un emplacement plus en retrait du fleuve afin d'échapper aux crues printanières. Les travaux de maçonnerie sont effectués par François-Xavier Daveluy dit Larose (1752-1814); ceux de charpenterie et de menuiserie sont réalisés par Joseph Dufour dit Latour. Le cimetière est déplacé derrière le temple dès 1786. Par ailleurs, une nouvelle maison curiale est édifiée en 1810.

Au XIXe siècle, l'église de Sainte-Geneviève est modifiée de façon importante. En 1812 et 1813, le clocher central est démoli et remplacé par deux tours-clochers latérales. Les travaux sont menés à bien par Pierre Dufour dit Latour et un maçon nommé Pelletier. En 1819, le pignon est rehaussé à la hauteur des tours par Pierre Champagne. En 1841, la sacristie est allongée d'environ neuf mètres. De 1844 à 1850, l'église est agrandie. Les travaux, exécutés par Amable Gauthier (1792-1873) et Olivier Généreux, se traduisent par la démolition des longs-pans et par leur reconstruction dans l'alignement du transept et des tours-clochers.

En 1905, le presbytère actuel est bâti à l'emplacement de l'ancienne maison curiale, d'après les plans de l'architecte joliettain Alphonse Durand (1858-1937). En 1919, le cimetière est déplacé.

Le site patrimonial de Sainte-Geneviève est classé en 2001. L'église de Sainte-Geneviève est classée au même moment.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • D'Autray

Municipalité :

  • Berthierville
  • Sainte-Geneviève-de-Berthier

Latitude :

  • 46° 4' 52.6"

Longitude :

  • -73° 10' 41.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Berthier Paroisse de Berthier Absent 83 ptie
84 ptie
une partie non cadastrée d'un chemin
Berthier Ville de Berthier Absent 69
70
71
72
73
74
75
76
89
90 ptie
une partie non cadastrée d'un chemin

Code Borden

CaFh-2      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHOUINARD, Gaétan. Les églises et le trésor de Berthierville. Les Retrouvailles, 1. Québec, ministère des Affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, 1977. 22 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. Les églises du Québec, 1600-1850. Montréal, Fides, 1977. 298 p.
  • RAINVILLE, Jacques. Album-souvenir du tricentenaire de Berthier, 1672-1972. Berthierville, Imprimerie Berthier, 1973. 96 p.
  • RAINVILLE, Jacques. « Site et église classés à retenir ». L'Artefact. Vol. X, no 2 (juillet-août-septembre) (2001), p. 18-20.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013